Liens d'accessibilité

Ouattara promet de quitter le pouvoir après son second mandat s'il est réélu


Ivory Coast President Laurent Gbagbo, left, and opposition presidential candidate Alassane Ouattara pose together for photographers following a meeting with Burkina Faso President Blaise Compaore, not pictured, at the Presidential Palace in Abidjan, Ivory

Ivory Coast President Laurent Gbagbo, left, and opposition presidential candidate Alassane Ouattara pose together for photographers following a meeting with Burkina Faso President Blaise Compaore, not pictured, at the Presidential Palace in Abidjan, Ivory

Le président ivoirien Alassane Ouattara a promis de quitter le pouvoir après deux mandats s'il est réélu en octobre, a affirmé la présidente de la Commission de l'Union africaine (UA), Nkosazana Dlamini-Zuma, après un entretien avec lui.

"Le président de la Côte d'Ivoire a déclaré au Dr Nkosazana Dlamini-Zuma qu'il se retirera après son second mandat comme président, s'il est élu", selon un communiqué de l'UA publié vendredi.

Mme Dlamini-Zuma et M. Ouattara se sont entretenus en marge de la 50e réunion annuelle de la Banque africaine de développement (BAD) qui s'est tenue cette semaine à Abidjan.

M. Ouattara est le grand favori de la présidentielle d'octobre en Côte d'Ivoire. Il est arrivé au pouvoir en avril 2011 après une crise meurtrière née du refus du chef de l'Etat sortant Laurent Gbagbo de reconnaître sa défaite à l'élection de novembre 2010.

La Constitution ivoirienne interdit à M. Ouattara de faire un troisième mandat.

Mais cette problématique du troisième mandat anticonstitutionnel est un sujet brûlant sur le continent, où plusieurs chefs d'Etat, parfois au pouvoir depuis des décennies, ont mené au forceps ou sont soupçonnés de vouloir imposer des réformes constitutionnelles pour rester à la tête de leur pays.

Cette déclaration de l'UA peut être interprétée comme une volonté de l'organisation continentale de collecter les engagements des dirigeants africains à respecter les Constitutions de leurs pays et à ne pas chercher à les modifier pour se maintenir au pouvoir.

Nkosazana Dlamini-Zuma a fermement pris position contre la décision du président burundais Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat à la présidentielle du 26 juin, malgré la limite de deux mandats posée par la Constitution du Burundi. Le pays connaît depuis lors une grave crise politique.

Au Burkina Faso, la population a chassé du pouvoir en octobre Blaise Compaoré, qui voulait modifier la Loi fondamentale pour se représenter.

Plusieurs autres chefs d'Etat africains, comme celui de République démocratique du Congo (RDC) Joseph Kabila, du Congo Denis Sassou Nguesso, ou du Rwanda Paul Kagame sont soupçonnés de vouloir modifier la Constitution de leur pays afin de se maintenir au pouvoir.

Malgré les déclarations de Mme Dlamini-Zuma, l'Union africaine a jusqu'ici refusé de se prononcer sur une limitation du nombre de mandats présidentiels sur le continent, estimant que cela relève de la souveraineté des Etats membres.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG