Liens d'accessibilité

L'opposition veut mobiliser contre l'investiture du président Deby au Tchad


Les opposants tchadien, Saleh Keabo au mieux, Gali Gata Ngoté à droite et le representant de Laoukein Medar à gauche. (André Kodmadjingar/VOA)

Les opposants tchadien, Saleh Keabo au mieux, Gali Gata Ngoté à droite et le representant de Laoukein Medar à gauche. (André Kodmadjingar/VOA)

L'opposition tchadienne a prévu trois jours de mobilisation contre l'investiture le 8 août du président Idriss Deby Itno, dont elle conteste la réélection pour un cinquième mandat.

Les opposants, regroupés la semaine dernière dans un Front de l'opposition nouvelle pour l'alternance et le changement (Fonac), ont prévu une opération "ville morte sur l'ensemble du territoire national" le jour de l'investiture de M. Deby, une cérémonie prévue en présence de nombreux invités étrangers.

Le Fonac annonce aussi pour la veille, dimanche 7 août, "une marche pacifique" à N'Djamena et dans tous les chefs lieux de régions, ainsi qu'un "meeting de sensibilisation" dès le samedi 6 août.

"Nous estimons que Deby est un président illégal et illégitime. Nous le combattons par tous les moyens légaux", a déclaré le chef de file de l'opposition tchadienne Saleh Kebzabo joint par l'AFP.

Le président Deby, 64 ans, au pouvoir depuis 1990, a été réélu en avril dès le premier tour pour un cinquième mandat avec 61,56% des voix contre 12,80% pour Saleh Kebzabo, selon les résultats officiels.

"La marche va confirmer notre refus de valider cette élection", a ajouté M. Kebzabo, qualifiant le scrutin de "hold-up électoral".

L'opposition a demandé l'autorisation d'organiser la "marche pacifique" du 7, veille de l'investiture, dans un pays qui n'a pas l'habitude des manifestations de rue. "Nous avons la conviction qu'elle va être autorisée", a dit M. Kebzabo.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG