Liens d'accessibilité

L'ONU dénonce une "poussée" de la colonisation israélienne en Cisjordanie


L'envoyé spécial de l'ONU au Proche-Orient, Nickolay Mladenov, à Gaza, le 17 février 2016.

L'envoyé spécial de l'ONU au Proche-Orient, Nickolay Mladenov, à Gaza, le 17 février 2016.

L'ONU a dénoncé lundi une "poussée" de la colonisation israélienne en Cisjordanie et à Jérusalem-Est depuis la publication fin juin du rapport du Quartette sur le Proche-Orient qui condamnait cette politique.

"Les recommandations (du Quartette) continuent d'être bafouées, y compris par une poussée des annonces par Israël liées à la colonisation et la poursuite des démolitions" d'habitations palestiniennes, a déclaré devant le Conseil de sécurité l'envoyé spécial de l'ONU au Proche-Orient, Nickolay Mladenov.

M. Mladenov a recensé ainsi des projets de construction de plus de 1.700 logements annoncés par le gouvernement israélien depuis le 1er juillet, dont plus de 1.000 à Jérusalem-Est, partie palestinienne de la ville occupée par Israël.

"Comment la construction de 1.700 logements pourrait-elle rapprocher les deux parties d'une paix négociée, préserver une solution à deux Etats, donner de l'espoir à la population palestinienne et améliorer la sécurité d'Israël", s'est-il interrogé.

Israël prépare aussi une possible saisie de terres en Cisjordanie, pour relocaliser les habitants de la colonie sauvage d'Amona et la rendre légale aux yeux de la législation israélienne, une initiative qui "établirait un précédent" selon M. Mladenov.

"Tous ces projets créeraient essentiellement de nouvelles colonies illégales et je demande à Israël de les stopper et de revenir sur ces décisions", a-t-il déclaré.

"Soyons clairs", a-t-il ajouté: "aucune acrobatie juridique ne peut changer le fait que ces postes avancés -- qu'ils soient "légalisés" selon la loi israélienne ou non (...) -- demeurent illégaux au regard des lois internationales".

M. Mladenov a dénoncé aussi des destructions de logements habités par des Bédouins dans le sud de la Cisjordanie ("Zone C"), notamment à Susiya, qui "incitent de plus en plus ces communautés à partir".

"La démolition de cette communauté (à Susiya) créerait un précédent dangereux et renforcerait l'idée qu'Israël vise une annexion de facto de la Zone C", explique M. Mladenov.

Dans un rapport publié fin juin, le Quartette sur le Proche-Orient (Union Européenne, Russie, Etats-Unis et Nations unies) a exhorté Israël et les Palestiniens à renoncer respectivement à la colonisation et à la violence, qui minent selon lui les chances de paix et d'une solution à deux Etats.

La publication de ce rapport était censée relancer le processus de paix, au point mort depuis plus de deux ans, mais Israël et les Palestiniens en ont aussitôt critiqué les conclusions.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG