Liens d'accessibilité

Obsèques officielles pour les victimes des attaques de train dans le Pool au Congo


 Les familles des victimes assistent aux obsèques officielles à l'esplanade du palais des congrès de Brazzaville, République du Congo, 11 octobre 2016. VOA/Ngouela Ngoussou

Les familles des victimes assistent aux obsèques officielles à l'esplanade du palais des congrès de Brazzaville, République du Congo, 11 octobre 2016. VOA/Ngouela Ngoussou

Les autorités congolaises ont procédé à l’inhumation de 18 des 21 personnes tuées dans le Pool. Ces victimes, militaires et civils, sont mortes lors des attaques contre des trains et des bus. Choquées, les populations demandent aux autorités de mettre fin à cette crise.

Il s’agissait de premières obsèques officielles que les autorités du Congo-Brazzaville ont organisées pour des personnes mortes dans le Pool.

Devant l’esplanade du palais des congrès, des cercueils des 18 victimes ont été exposés sur les camions remorques. Les parents, inconsolables, affichaient leur deuil sous les paillotes, à l’abri d’un soleil de plomb qui a frappé la capitale congolaise.

Parmi les victimes, trois enfants dont un d’une année seulement. On compte aussi le conducteur du train et le chauffeur d’une ambulance, tous tués dans l’exercice de leur profession par les miliciens ninjas du Pasteur Ntumi. Ce dernier est toujours recherché par la justice congolaise qui a décerné un mandat d’arrêt contre lui.

Le président Denis Sassou N’Guesso a pris part à ces obsèques. Pendant la cérémonie d’hommage à ces victimes d’intolérance, son Premier ministre Clément Mouamba a appelé la communauté internationale à condamner les actes de terrorisme commis par le Pasteur Ntumi. Il a dénoncé une manipulation du concept de démocratie par les ninjas, adeptes d’une idéologie messiaque.

"Le Congo est en deuil parce que des compatriotes sont tombés sous les balles de l’intolérance politique, victimes d’une lecture arrogante et erronée de la vie démocratique", a affirmé M. Mouamba.

Les cercueils des victimes des attaques de train dans le Pool, transportés sur une remorquelors des obsèques officielles à l'esplanade du palais des congrès de Brazzaville, République du Congo, 11 octobre 2016. VOA/Ngouela Ngoussou

Les cercueils des victimes des attaques de train dans le Pool, transportés sur une remorquelors des obsèques officielles à l'esplanade du palais des congrès de Brazzaville, République du Congo, 11 octobre 2016. VOA/Ngouela Ngoussou

Pour le ministre de la communication Thierry Moungalla, les auteurs de ces actes "sont des barbares, des malades". La population réclame justice et demande aux autorités de mettre la main sur eux, a-t-il ajouté.

La population a demandé que soit mise fin à la crise du Pool. "Nous condamnons la violence sous toutes ces formes. Mais après avoir pleuré, nous souhaitons que le gouvernement mettre fin à cette situation", a déclaré un jeune ressortissant du Pool.

Ces 18 victimes ont été enterrées au cimetière du centre-ville de Brazzaville, près du site où étaient les victimes de l’explosion du dépôt de munitions du 4-mars. Les trois autres corps tombés dans le Pool n’ont pas encore été identifiés, et sont toujours à la mort de Brazzaville.

Reportage de Ngouela Ngoussou à Brazzaville

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG