Liens d'accessibilité

Obama promet un nouvel effort pour fermer Guantanamo


La prison de Guantanamo Bay à Cuba, est jugée néfaste à la réputation des Etats-Unis par le président Barack Obama

La prison de Guantanamo Bay à Cuba, est jugée néfaste à la réputation des Etats-Unis par le président Barack Obama

A l’occasion de son dernier point de presse, le président Barack Obama a remis sur le tapis la question de la fermeture de la prison de Guantanamo Bay à Cuba.

Lors de sa campagne à l’élection présidentielle de 2008, M. Obama avait fait de la fermeture de Guantanamo l’une de ses priorités. Une promesse qui reste à ce jour lettre morte.

Aucune surprise donc à ce que la question ait été soulevée lors de la conférence de presse du président en début de semaine. D’autant que certains des prisonniers de la base militaire américaine à Cuba sont actuellement en grève de la faim.

Une fois de plus, M. Obama a promise d'essayer de fermer la prison. « Je vais revenir sur la question. J'ai demandé à mon équipe d'examiner tout ce qui se fait actuellement à Guantanamo, tout ce que nous pouvons faire au plan administratif, et je vais reprendre contact avec le Congrès pour tenter de faire valoir que ce n'est pas quelque chose qui est dans le meilleur intérêt du peuple américain », a déclaré M. Obama.

Guantanamo n'est pas nécessaire au maintien de la sécurité aux Etats-Unis, a poursuivi le chef de l’exécutif. Au contraire, cette prison nuit à l’image de marque du pays dans le monde, compromet la coopération avec les alliés de l'Amérique en matière de contre-terrorisme, et sert d’outil de recrutement aux groupes terroristes.

Par ailleurs, un groupe d'experts indépendants des Nations Unies (Onu) a appelé mercredi les États-Unis à respecter et assurer les droits à la vie, à la santé et à l'intégrité physique et morale des détenus de la prison de Guantanamo.

Dans un communiqué, le Rapporteur spécial sur le droit à la santé, Anand Grover, a souligné que le personnel soignant de la base militaire ne devrait pas alimenter les détenus sous la contrainte.

« Le personnel soignant ne peut exercer de pression sur des individus ayant décidé de faire une grève de la faim et il n'est pas acceptable de faire usage de menaces ou de la force, ou de tout autre forme de coercition physique ou mentale, à leur encontre », a précisé M. Grover.

La fermeture éventuelle du centre de détention de Guantanamo a été compliquée par le fait qu’un certain nombre d’anciens détenus de cette prison ont été impliqués dans des activités terroristes après leur remise en liberté. Les autorités américaines hésitent également à transférer des prisonniers, notamment de nombreux Yéménites, vers des pays où ils ne seraient pas traités humainement.

Pour sa part, le ministre cubain des Affaires étrangères, Bruno Rodriguez Parrilla, a demandé mercredi devant l'ONU la fermeture de Guantanamo, dénonçant les sévices infligés, selon lui, dans cette zone.
XS
SM
MD
LG