Liens d'accessibilité

Obama: l’intégration de la Crimée à la Russie n'est pas un « fait accompli »


Barack Obama s'exprimant à La Haye mardi

Barack Obama s'exprimant à La Haye mardi

Le président Barack Obama a exprimé mardi son inquiétude du fait que la Russie pourrait continuer à empiéter sur l’Ukraine, après avoir annexé la Crimée. Il a également ajouté que l’intégration de la Crimée à la Russie n'est pas un « fait accompli ».

S'exprimant aux côtés de Premier ministre néerlandais, Mark Rutte, en marge du sommet sur la sécurité nucléaire à La Haye, M. Obama a qualifié « d’innacceptable » l'annexion par la Russie de la Crimée.

« Nous ne reconnaissons pas ce qui s'est passé en Crimée », a-t-il dit, ajoutant que les sanctions contre la Russie pourraient être élargies aux secteurs de l'énergie et du commerce. « C'est à la Russie d'agir de façon responsable et de montrer une fois de plus qu’elle est prête à se conformer aux normes internationales », a estimé le président Obama. Si Moscou refuse d’obtempérer, celui lui coûtera, a-t-il poursuivi.

Qualifiant la Russie de « puissance régionale », M. Obama a constaté que Moscou menace certains de ses voisins du fait de sa faiblesse, et non de sa puissance.

« Nous [ les Etats-Unis ] avons une influence considérable sur nos voisins », a estimé le président américain. « En général, nous n'avons pas besoin de les envahir », a-t-il poursuivi.

Si les Ukrainiens avaient le choix, ils chercheraient à avoir des relations à la fois avec l'Europe et la Russie, a encore déclaré M. Obama.

Le président américain a également annoncé que tous les pays de l'OTAN (Organisation du traité de l'Atlantique Nord) ont l'assurance qu'ils continueront d'être protégés en vertu des directives de sécurité de l’alliance.
XS
SM
MD
LG