Liens d'accessibilité

Obama : la marche contre le racisme "pas terminée"


Le président Obama prononçant, samedi 7 mars 2015, son discours devant le pont Edmund Pettus à Selma, dans l’Alabama, dans le cadre du 50e anniversaire de "Bloody Sunday", un événement marquant le mouvement des droits civiques aux Etats-Unis. (Photo : AP / Jacquelyn Martin)

Le président Obama prononçant, samedi 7 mars 2015, son discours devant le pont Edmund Pettus à Selma, dans l’Alabama, dans le cadre du 50e anniversaire de "Bloody Sunday", un événement marquant le mouvement des droits civiques aux Etats-Unis. (Photo : AP / Jacquelyn Martin)

Le président américain Barack Obama a prononcé, samedi 7 mars 2015, un discours très attendu sur la question raciale aux Etats-Unis, à l’occasion des commémorations du cinquantième anniversaire de la marche pour les droits civiques des Africains-Américains à Selma dans l’Etat d’Alabama.

Le président américain Barack Obama a souligné samedi à Selma (sud), haut lieu de la lutte pour les droits civiques, que la marche contre le racisme aux Etats-Unis n'était "pas terminée", évoquant à plusieurs reprises les récents incidents à Ferguson, dans le Missouri, comme le rapporte l'AFP.

Dans un discours prononcé sous un soleil éclatant devant le pont Edmund Pettus sur lequel, il y a 50 ans, quelque 600 manifestants pacifiques furent violemment repoussés par la police, le premier président africain-américain de l'histoire des Etats-Unis a appelé à refuser le raisonnement consistant "à suggérer que le racisme a disparu".

"Nous n'avons pas besoin du rapport de Ferguson pour savoir que cela n'est pas vrai", a-t-il ajouté, en allusion au document accablant publié cette semaine par le ministère de la Justice qui pointe les comportements discriminatoires de la police dans cette petite ville théâtre de violentes émeutes après la mort d'un jeune Noir.

"Il nous suffit d'ouvrir nos yeux, nos oreilles et nos cœurs pour savoir que l'ombre de l'histoire raciale de ce pays plane toujours sur nous", a-t-il poursuivi dans cette petite ville de l'Alabama où s'étaient rassemblées plusieurs dizaines de milliers de personnes, 50 ans après un "Bloody Sunday" qui traumatisa l'Amérique.

"Nous savons que cette marche n'est pas encore terminée", a-t-il lancé, en présence de sa femme, Michelle, de son prédécesseur, George W. Bush. et de l'épouse de ce dernier, Laura.

M. Obama a par ailleurs dénoncé avec véhémence la mise en place dans certains Etats américains de lois visant à rendre le vote plus difficile pour les minorités, 50 ans après l'avancée que représenta la loi en faveur de ce droit de vote.

"Aujourd'hui même, en 2015, 50 ans après Selma, il y a des lois à travers ce pays conçues pour rendre le vote plus difficile", a-t-il lancé, visant, sans les nommer, ses adversaires républicains accusés par les démocrates de brandir la menace de la fraude électorale pour introduire des contraintes supplémentaires.

"Au moment où nous parlons, d'autres lois de ce type sont proposées. Comment cela est-il possible ?", s'est-il interrogé.

M. Obama a par souligné que la marche de Selma, marquée par sa non-violence, avait été et restait une source d'inspiration pour des "millions de personnes" à travers le monde.

"Des rues de Tunis à la place Maïdan en Ukraine, une génération de jeunes gens peuvent tirer leur force de ce lieu", a-t-il déclaré, sous les applaudissements nourris.

Deux semaines après la marche du 7 mars 1965, plusieurs milliers de personnes emmenées par le pasteur Martin Luther King quittaient de nouveau Selma pour rejoindre la capitale de l'Alabama, Montgomery, à près de 90 km de là, où elles arrivèrent en un large cortège après plusieurs journées d'une marche entrée dans l'histoire.

Le 6 août 1965, le président démocrate Lyndon Johnson signait le Voting Rights Act, garantissant à tous le droit de vote.

Source : AFP

XS
SM
MD
LG