Liens d'accessibilité

Obama : Kadhafi doit quitter le pouvoir


Le président Barack Obama lors de la conférence de presse à la Maison blanche avec son homologue mexicain Felipe Calderon Felipe Calderon

Le président Barack Obama lors de la conférence de presse à la Maison blanche avec son homologue mexicain Felipe Calderon Felipe Calderon

Le président américain a fait cette déclaration en public, pour la première fois depuis le début de la crise libyenne.

Le président Obama a dit que les Etats-Unis et le monde entier sont outrés par l’effroyable violence perpétrée contre le peuple libyen et il a exhorté le dirigeant libyen à démissioner.

« La violence doit cesser. Mouammar Kadhafi a perdu toute légitimité en tant que dirigeant et il doit partir », a dit le président américain lors d'une conférence de presse à la Maison-Blanche avec son homologue mexicain Felipe Calderon.

Barack Obama avait déjà réclamé – dans un communiqué - le départ du numéro un libyen, après un entretien téléphonique avec la chancelière allemande Angela Merkel. Mais c’est la premiere fois qu’il exhorte publiquement le colonel Kadhafi à quitter le pouvoir .

M. Obama a également autorisé le recours à des avions militaires et civils pour l'évacuation des réfugiés égyptiens bloqués à la frontière entre la Libye et la Tunisie.

Le chef de l’exécutif américain a déclaré en outre que tous ceux qui soutiennent Kadhafi seront tenus pour responsables des violences commises contre les civils.

Le navire de guerre USS Kearsarge en route vers les côtes libyennes

Le navire de guerre USS Kearsarge en route vers les côtes libyennes

M. Obama a dit être en train d’examiner les options militaires et non-militaires pour mettre fin à la violence en Libye, tout en gardant à l'esprit qu'il faudra choisir en dernier lieu « ce qui est le mieux pour le peuple libyen ». Parmi ces options : la zone d’exclusion aérienne. Ce projet visant à empêcher les attaques aériennes des forces pro-Kadhafi contre l'opposition ne satisfait pas pour l’instant au Pentagone, et ne fait pas l’unanimité à l’OTAN et à l’ONU.

Les Etats-Unis, a poursuivi le chef de la Maison-Blanche, veulent être en mesure d'agir rapidement en cas de crise humanitaire en Libye. « A long terme, l’impasse pourrait être sanglante », a-t-il mis en garde.

Washington a déjà dépêché deux navires de guerre au large des côtes libyennes.

XS
SM
MD
LG