Liens d'accessibilité

Obama, inquiet du militantisme terroriste au Proche-Orient


Le président Barack Obama a évoqué la menace présentée par les militants sympathisants avec EIIL en Irak

Le président Barack Obama a évoqué la menace présentée par les militants sympathisants avec EIIL en Irak

Le président Barack Obama affirme que le militantisme terroriste en Irak et en Syrie avive la menace déjà omniprésente à la sécurité des Etats-Unis.

Il s’exprimait alors que l’armée irakienne lançait une offensive contre les extrémistes sunnites dans la ville septentrionale de Tikrit, et que des avions de chasse russes arrivaient en Irak, où ils pourraient au régime de Bagdad un avantage tactique à l'avenir.

Dans une interview diffusée dimanche sur la chaîne ABC, M. Obama a déclaré que l’insurrection de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) attire en Irak et en Syrie des militants radicalisés qui pourraient constituer une menace pour les États-Unis.

« Nous avons vu des Européens qui sympathisent avec leur cause, se rendant en Syrie, et maintenant ils peuvent passer en Irak, s’aguerrir. Ensuite, ils reviennent. Ils ont obtenu des passeports européens. Ils n'ont pas besoin de visa pour entrer aux États-Unis », a fait remarquer M. Obama.

Pour le député républicain Peter King, il ne fait aucun doute que Washington devrait adopter des mesures préventives.

Le président Obama « devrait être très agressif sur ce point. La Syrie est notre plus grande menace à l'heure actuelle, parce que non seulement il y a des milliers d'Européens qui ont un visa pour entrer aux États-Unis », mais on recense également au moins « 100 Américains ou plus qui sont là-bas, en Syrie, en ce moment. Donc, n’importe qui parmi eux peut retourner aux États-Unis et mener le type d'attaques auxquelles ils sont formés en Syrie », a-t-il déclaré.

Les États-Unis sont prêts à agir, selon le président Obama. Cela fait des années qu’ils améliorent leurs services du renseignement, afin de répondre à ce type de menace. « Nous devons améliorer notre surveillance, nos reconnaissances et le renseignement » a-t-il poursuivi. Les forces spéciales auront un rôle à jouer et le gouvernement américain frappera, si nécessaire, « contre les organisations qui pourraient nous faire du mal », a dit le chef de l’exécutif américain.

A l’approche de la fête de l’Indépendance, célébrée le 4 juillet, des mesures de sécurité accrues seront annoncées.

XS
SM
MD
LG