Liens d'accessibilité

Obama annonce son plan pour aider à juguler l'épidémie de virus à Ebola


Le président Barack Obama, prenant la parole au siège des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (AP)

Le président Barack Obama, prenant la parole au siège des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (AP)

A l’occasion d’un déplacement au siège des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (Centers for Disease Control and Prevention, CDC), à Atlanta, le président Barack Obama a annoncé un plan pour contenir la propagation de la fièvre hémorragique à virus Ebola en Afrique de l'Ouest. Le monde compte sur les Etats-Unis pour faire face à l'épidémie qui a tué plus de 2.400 personnes, a-t-il fait valoir.

Washington assume ses responsabilités pour lutter contre l’épidémie, qui est hors de contrôle et constitue une menace potentielle pour la sécurité mondiale, a poursuivi le chef de l’exécutif américain. « Le regard du monde se tourne vers nous, les États-Unis, et c'est une responsabilité que nous assumons. Nous sommes prêts à prendre la tête de l’effort, pour fournir le type de capacités dont seule l'Amérique est dotée, et pour mobiliser le monde comme seule l’Amérique peut le faire », a dit M. Obama.

Les Etats-Unis se sont déjà engagés à verser plus de 100 millions de dollars à la lutte contre le virus à Ebola, et ils ont expédié des fournitures médicales, et déployé des experts, depuis le début de l’épidémie en mars dernier.

Pour mieux faire reculer le virus, quelques 3.000 militaires américains vont être expédiés en Afrique de l'Ouest, a annoncé M. Obama. Ils aideront à mettre sur pied et à gérer un centre de commandement militaire à Monrovia, au Libéria, et une autre structure au Sénégal. Ce qui permettra de mieux coordonner les opérations, en facilitant notamment le transport d’experts et de matériel. Les Etats-Unis aideront également à mettre en place des structures hospitalières et à former des Africains pour gérer l’épidémie.

Toujours selon M. Obama, l’Ebola pourrait avoir des effets déstabilisateurs en Afrique de l’Ouest et dans le reste du monde.

« Si l'épidémie n'est pas enrayée maintenant, nous pourrions être confrontés à des centaines de milliers de personnes infectées, ce qui aurait des implications économiques, politiques et de sécurité profondes pour nous tous », a estimé le président américain.

M. Obama a appelé les autres pays à respecter leurs engagements de fournir du personnel, du ravitaillement et de l’argent aux pays affectés par le virus à Ebola. Pour le président, il s’agit de saisir l’opportunité de sauver un nombre incalculable de vies humaines.

XS
SM
MD
LG