Liens d'accessibilité

Ntanganda attend impatiemment de se défendre à La Haye, selon son avocat


Le général Bosco Ntaganda (archives)

Le général Bosco Ntaganda (archives)

L’avocat de l'ancien chef de guerre Bosco Ntaganda, accusé de crimes contre l'humanité en République démocratique du Congo, l’a indiqué lors d'une conférence de presse organisée à la veille de l'ouverture du procès.

Selon Me Stephane Bourgon, son client est en bonne forme et maintient son innocence contre les accusations portées contre lui.

"Bosco Ntaganda … entend présenter une défense exhaustive", affrime Me Bourgon.

Bosco Ntaganda s'exprimera dans la salle d'audience mercredi ou jeudi.

"Il est impatient d'avoir une chance de se défendre", indique son avocat.

Le procès de Bosco Ntaganda, 41 ans, doit s'ouvrir mercredi. La procureure Fatou Bensouda présentera ses déclarations liminaires avant que M. Bourgon et les avocats des 2.149 victimes ne prennent leur tour.

L'ancien rebelle, surnommé "Terminator", doit répondre de 13 chefs d'accusation pour crimes de guerre et de cinq pour crimes contre l'humanité.

Il est notamment accusé d'avoir enrôlé des enfants soldats et, une première en justice internationale, violé des enfants dans sa propre milice.

"Ntaganda n'est pas seulement connu de ceux qui suivent de près la RDC : sa réputation dépasse de loin la région", a assuré la procureure Fatou Bensouda lors de la conférence de presse.

"Il aurait recruté des centaines d'enfants soldats, qu'il a utilisés comme de la chair à canon", a-t-elle ajouté.

Pour l'avocat de Bosco Ntaganda, le procès sera "long, complexe et difficile".

Le "Terminator" est notamment poursuivi pour son rôle dans des attaques de plusieurs villes de l'Ituri sur une période d'un an, à partir de septembre 2002. Le FPLC, milice à prédominance Hema, visait ceux perçus comme appartenant aux ethnies Lendu, Bira et Nande.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG