Liens d'accessibilité

Nouvelles initiatives en Californie pour gérer la sècheresse


Le réservoir de San Pablo à El Sobrante en Californie, dont le rivage a reculé suite à la grave sècheresse

Le réservoir de San Pablo à El Sobrante en Californie, dont le rivage a reculé suite à la grave sècheresse

Plusieurs villes accélèrent leurs programmes de désalinisation des eaux du Pacifique.

L'organisme qui distribue l'eau en Californie du Sud - le Metropolitan Water District (MWD) - va baisser de 15 % la quantité qu'il procure aux sociétés de distribution locales. Et ce pour appliquer les restrictions demandées par Jerry Brown, le gouverneur de l’Etat, qui reste la proie d’une grave sècheresse depuis plusieurs années.

Cette sécheresse catastrophique affecte les nappes phréatiques, et l’agriculture, principale richesse de la Californie, un Etat qualifié de « panier de fruits et légumes » des Etats-Unis.

Parmi les mesures annoncées début d'avril : le remplacement des pelouses – trop gourmandes en eau – par des plantes plus économes.

Entre-temps, plusieurs villes accélèrent leurs programmes de désalinisation des eaux du Pacifique. La plus grande usine de dessalement d’Amérique du Nord est en construction depuis 2012 sur une lagune côtière dans la ville de Carlsbad. Suite à son inauguration d’ici à la fin de 2015, elle devrait permettre de ravitailler en eau potable la région de San Diego.

A noter néanmoins que de l’avis des experts, dessaler l’eau de mer n’est pas une panacée, vu le coût élevé de la procédure, très gourmande en électricité.

« Dessaler reste de loin, à ce stade, la source la plus chère d'eau potable et c’est à cause de l’énergie – cela requiert tant d’énergie », explique en substance Matt O’Malley, un haut responsable de San Diego Coastkeeper, une ONG qui milite pour l’accès à l’eau propre dans le sud de la Californie.

On se lance donc dans un cercle plus ou moins vicieux, poursuit-il. L’eau devient plus onéreuse, parce qu’en fait, on paie pour l’énergie nécessaire à sa production. Et comme cette énergie dégage des gaz à effet de serre intenses, mieux vaudrait se concentrer davantage sur les efforts de conservation et de recyclage, souligne M. O’Malley.

Autre souci, selon les écologistes : l’impact du retrait de larges quantités d’eau de la mer, et les conséquences du rejet de la saumure concentrée dans l'océan.

Ailleurs en Californie, une quinzaine d’autres usines de dessalement d'eau de mer sont soit à l’étude, soit en construction. Le comté de Santa Barbara cherche déjà à moderniser une usine de dessalement construite lors d'une sécheresse précédente, puis abandonnée lorsque les pluies étaient revenues.

XS
SM
MD
LG