Liens d'accessibilité

Nouvelles arrestations à l'aube à la Fifa, le séisme n'en finit pas


Joseph Blatter, le 20 mars 2015. (AP Photo/Keystone,Ennio Leanza)

Joseph Blatter, le 20 mars 2015. (AP Photo/Keystone,Ennio Leanza)

Arrestations à la Fifa, saison 2: six mois après un premier coup de filet pour des soupçons de corruption, deux autres responsables ont été interpellés jeudi à l'aube à Zurich dans les mêmes circonstances, nouvelle réplique d'un séisme qui n'en finit pas d'ébranler l'instance suprême du football mondial.

Arrestations à la Fifa, saison 2: six mois après un premier coup de filet pour des soupçons de corruption, deux autres hauts responsables ont été interpellés jeudi à l'aube à Zurich à la demande des Etats-Unis, nouvelle réplique d'un séisme qui n'en finit pas d'ébranler l'instance suprême du football mondial.

Un responsable de la Fifa a indiqué à l'AFP sous couvert d'anonymat que ces arrestations visaient deux vice-présidents de l'instance, membres du Comité exécutif, le Paraguayen Juan Angel Napout et le Hondurien Alfredo Hawit Banegas.

Napout préside la Confédération sud-américaine (Conmebol) et Hawit est le chef par intérim de la Confédération d'Amérique du Nord, centrale et des Caraïbes (Concacaf), toutes deux au centre des soupçons depuis que le scandale a éclaté.

Le Comité exécutif de la Fifa est réuni depuis mercredi à Zurich, là même où sept premiers responsables du football mondial avaient été interpellés le 27 mai dans les mêmes circonstances, pour des soupçons de corruption et blanchiment d'argent.

La justice suisse, elle, a annoncé que deux responsables de la Fifa avaient été arrêtés jeudi à la demande des Etats-Unis en vue de leur extradition, sans pour l'instant dévoiler leur nom. "Ces cadres haut placés auraient été payés en l'échange de la vente de droits de marketing en lien avec la diffusion de tournois en Amérique latine et de qualifications pour la coupe du monde", indique dans un communiqué le ministère suisse de la Justice, en précisant que "ces personnes auraient accepté des pots-de-vin de plusieurs millions".

Projet d'un Mondial à 40 reporté

"La Fifa continuera à coopérer pleinement avec la justice américaine dans le cadre de la loi suisse ainsi que dans le cadre de l'enquête menée par le bureau du procureur suisse", a indiqué l'instance suprême du foot dans un communiqué, alors qu'elle fait l'objet de deux enquêtes parallèles de ces deux pays.

Quoi qu'il en soit, le Comité exécutif s'est poursuivi comme prévu jeudi. La preuve, le projet de passer de 32 à 40 équipes à partir du Mondial-2026 a été repoussé à une date ultérieure, faute d'accord jeudi.

La Fifa continue donc à travailler comme si de rien n'était. L'opération de la police suisse a pourtant débuté à 06h00 (05h00 GMT) et a visé notamment l'hôtel Baur au Lac qui avait déjà été le théâtre de la première vague d'arrestations.

Ironie du sort, le Comité exécutif en cours était censé se pencher sur les réformes envisagées par la Fifa pour retrouver de la crédibilité. Ces nouvelles arrestations interviennent en outre au lendemain du cinquième anniversaire de l'attribution du Mondial-2022 au Qatar. Cette attribution, entachée de soupçons de corruption, est au coeur du tourbillon qui secoue la Fifa.

Mardi, les principaux sponsors de la Fifa (Coca-Cola, McDonald's, Visa, AB Inbev et Adidas) lui ont à nouveau mis la pression en demandant que son processus de réforme soit supervisé par une entité indépendante.

Parmi les propositions de réformes doit figurer la limitation à 12 ans des mandats cumulés du président et la publication de la rémunération du président et des membres du gouvernement du football mondial.

Election à venir

Au total, 14 personnes (dont 9 membres actuels ou anciens de la Fifa) sont pour l'instant mises en cause dans l'acte d'accusation de la justice américaine qui évoque quelque 150 millions de dollars (132 millions d'euros) de pots-de-vin et de rétrocommissions depuis les années 1990.

Dans une procédure distincte, ouverte contre X pour soupçons de "blanchiment d'argent et gestion déloyale" autour de l'attribution des Mondiaux 2018 et 2022, la justice suisse a déjà fait procéder à des perquisitions au siège de la Fifa.

Le 2 juin, quelques jours après sa réélection pour un cinquième mandat, Joseph Blatter avait annoncé qu'il démissionnait tout en restant en poste jusqu'à l'élection de son successeur le 26 février 2016.

Fin septembre, Blatter a été visé par une procédure pénale de la justice suisse, notamment pour un contrat passé avec le sulfureux Jack Warner, ancien patron de la Concacaf, lui-même inculpé par la justice américaine et en instance d'extradition vers les Etats-Unis.

Il est également reproché au Suisse un paiement de 1,8 millions d'euros à Michel Platini, président de l'UEFA et candidat à la présidence de la Fifa.

Pour ce paiement intervenu en 2011, neuf ans après une mission effectuée par Platini de 1999 à 2002, les deux hommes ont été provisoirement suspendus par la Fifa pour 90 jours. Platini risque même une radiation à vie. La justice interne de la Fifa doit se prononcer en décembre.

A ce jour, cinq candidats ont été admis à se présenter à la présidence, puisque la candidature de Platini est gelée: le Prince Ali de Jordanie, le cheikh Salman du Bahreïn, le Suisse Gianni Infantino, le Français Jérôme Champagne et le Sud-Africain Tokyo Sexwale.

AFP

XS
SM
MD
LG