Liens d'accessibilité

Nouvelle tentative d’évasion de membres présumés de Boko Haram


Une attaque attribuée à Boko Haram à Maiduguri au Nigéria

Une attaque attribuée à Boko Haram à Maiduguri au Nigéria

Les agents de sécurité disent que l'incident a éclaté quand un garde est allé donner de la nourriture à des détenus. L’un des suspects a attaqué le garde, le frappant à la tête avec ses menottes.

Des détenus soupçonnés d'appartenir au groupe islamiste Boko Haram ont maîtrisé les gardes au siège de la police secrète du Nigeria à Abuja dimanche, déclenchant une fusillade qui a duré une heure et coûté la vie à au moins 21 personnes.

Les agents de sécurité disent que l'incident a éclaté quand un garde est allé donner de la nourriture à des détenus. L’un des suspects aurait attaqué le garde, le frappant à la tête avec ses menottes. D'autres gardes ont riposté, et des coups de feu ont éclaté.

On ignore toujours combien, parmi les morts, étaient des détenus, et combien des agents de sécurité.

Les tentatives d’évasion des islamistes sont fréquentes au Nigéria. Il y a deux semaines, des militants de Boko Haram ont attaqué des casernes militaires dans le nord-est du Nigéria, libérant des dizaines de prisonniers. La plupart ont été tués en essayant de s'échapper.

La sanglante rébellion armée de Boko Haram fait rage depuis 2009 et on lui attribue d’innombrables attentats et des milliers de morts.

Selon Amnesty International (AI), 1.500 personnes ont été tuées depuis le début de l'année, suite à l'escalade de la violence entre les insurgés et les forces de sécurité nigérianes. Plus de la moitié des victimes étaient des civils, ajoute l'ONG.

Amnesty a qualifié la recrudescence des attaques menées par les miliciens de Boko Haram de « vraiment choquante », tout en fustigeant la « brutalité» de la riposte des forces de sécurité nigérianes.

Selon l'ONG, les deux parties pourraient avoir commis des actes qui «peuvent constituer des crimes de guerre et crimes contre l'humanité». Amnesty International a appelé à une enquête menée par la Commission africaine des droits de l'homme et des peuples, et par le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies (Onu).
XS
SM
MD
LG