Liens d'accessibilité

Nouvelle réduction des prévisions de croissance du FMI


La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde

La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde

A l’occasion des réunions annuelles Banque Mondiale-Fonds monétaire international (FMI) ici à Washington, le FMI a révisé à la baisse mardi ses perspectives de croissance pour l’économie mondiale.

Cette annonce du FMI n’a pas surpris, vu la médiocrité de la croissance à la fois parmi les grandes puissances émergentes – Chine, Inde et Brésil notamment – mais également au sein des pays industrialisés.

Le FMI est de toute évidence préoccupé par le conflit budgétaire aux Etats-Unis et la dispute sur le relèvement du plafond de la dette publique. Déjà la semaine dernière, la directrice générale du FMI n’avait pas mâché ses mots.

« L'arrêt de gouvernement est une mauvaise chose en soi, mais échouer à relever le plafond de la dette serait bien pire et pourrait endommager très sérieusement non seulement l'économie américaine mais aussi l'ensemble de l'économie mondiale », avait dit Christine Lagarde.

Toute en amputant la hausse du Produit Intérieur Brut (PIB) mondial pour 2013 de 3 dixièmes de point à 2,9 %, le FMI a averti que ces chiffres ne sont valables que si la fermeture du gouvernement américain sera de courte durée, et que le plafond de la dette sera relevé rapidement. En d’autres mots, si le Congrès américain et la Maison Blanche continuent leur bras de fer, la situation pourrait s’envenimer.

Encore plus préoccupant, a souligné l’économiste en chef du FMI, Olivier Blanchard : la reprise de l’économie mondiale se poursuit mais elle est trop lente. Le système financier de la zone euro reste fragmenté, la déflation pourrait se prolonger au Japon, et il faudrait que le Brésil, l’Inde et la Chine mettent de l’ordre dans leurs économies.

Pour renouer avec la croissance, ajoute le FMI, la Chine doit favoriser sa consommation intérieure, tandis que l’Inde et le Brésil doivent lever les barrières aux investissements.
XS
SM
MD
LG