Liens d'accessibilité

Nouvelle initiative contre les violences sexuelles en Somalie


Les déplacées sont particulièrement vulnérables aux violences sexuelles en Somalie

Les déplacées sont particulièrement vulnérables aux violences sexuelles en Somalie

Fin mercredi en Somalie d’un programme de formation de deux jours parrainé par le gouvernement somalien et l'Union africaine (UA), qui visait à former des femmes sur la façon de se protéger contre les violeurs. Selon les Nations Unies (ONU), quelques 1.700 viols ont été officiellement enregistrés en Somalie en 2012.

Il s'agissait du premier cours de formation organisé à Mogadiscio même, alors que le gouvernement redouble d’efforts pour protéger les femmes contre des attaques aussi bien dans les villes que les camps de personnes déplacées. Selon les organisateurs du programme, 20 Somaliennes travaillant avec des organisations de femmes et dans des camps de personnes déplacées dans le centre de la Somalie, ont participé au programme.

Les organisations de défense des droits humains ont accusé les soldats somaliens et les milices de se livrer à d’innombrables exactions, dont des viols.

Selon Mme Mane Ahmed de la Mission de l'UA pour la Somalie, ce type de formation est essentiel pour les femmes, alors que l’on tente de trouver une solution à la violence sexuelle. L’espoir étant que les hommes réfléchiront davantage avant d’agresser une femme, si elles apprennent à se défendre. Le projet vise à former éventuellement toutes les femmes à travers le pays.

« Nous devons aussi penser à la sécurité des femmes à l'intérieur de Mogadiscio et dans toutes les autres régions, et leur donner les compétences nécessaires pour se défendre » a-t-elle déclaré. Il s’agit de doter les Somaliennes de compétences élémentaires, mais également de leur donner confiance pour qu’elles soient capables de se défendre, et soient en mesure d'aider leurs sœurs. « Les hommes sauront aussi qu'ils ne peuvent plus juste essayer de violer ou d’attaquer une femme », a-t-elle expliqué.

Les cours de formation apprennent aux femmes à rester vigilantes et à se défendre en cas d'attaque, notamment à l’aide des arts martiaux, ou encore de simples coups de pied ou coups de poing bien placés.

Toujours selon Mme Ahmed, des groupes de femmes avaient demandé de l'aide pour se protéger parce que la violence sexuelle prédomine, et qu’elles voulaient être en mesure de se protéger.

Les 20 femmes formées vont retourner au sein de leurs organisations ou dans les camps de personnes déplacées afin de transmettre leur nouveau savoir - une étape importante, espèrent les autorités, pour protéger les Somaliennes contre les agressions sexuelles.
XS
SM
MD
LG