Liens d'accessibilité

Nouvelle controverse sur le secteur pétrolier nigérian


Port Harcourt, centre pétrolier dans la région du Delta du Niger au Nigéria

Port Harcourt, centre pétrolier dans la région du Delta du Niger au Nigéria

Les législateurs nigérians ont ouvert une enquête sur l'industrie pétrolière du pays suite à un rapport accablant d’une organisation de surveillance financière. Celle-ci affirme que des traders suisses pourraient avoir été impliqués dans ce qui est considéré comme « l'une des plus grandes fraudes jamais connues sur le continent africain ».

En janvier 2012, des citoyens nigérians indignés étaient descendus dans les rues pour dénoncer la suppression des subventions aux carburants qui avait fait grimper les prix de l'essence et des aliments. Sous la pression, les subventions avaient finalement été rétablies.

A l’époque, le public savait déjà que des officiels corrompus du secteur pétrolier avaient volé les fonds destinés aux subventions entre 2009 et 2011. Un montant chiffré à 6,8 milliards de dollars.

Près de deux ans plus tard, le scandale continue et la liste des personnes impliquées n’a fait que croitre.

L’observatoire financier dénommé « Déclaration de Berne » affirme que les traders suisses sont des acteurs majeurs dans le secteur pétrolier du Nigeria, le premier pays exportateur de pétrole en Afrique.

Selon Marc Gueniat, chercheur à la Déclaration de Berne,
« les traders suisses fournissent des produits pétroliers à des importateurs nigérians qui n’ont absolument aucune sorte de crédibilité dans les affaires ».

Les compagnies pétrolières sans crédibilité sont bien connues au Nigeria. Lorsque le cas du détournement des 6,8 milliards de dollars a été exposé, on a appris que les subventions allaient également à des entreprises n’ayant rien à voir avec les produits pétroliers.

M. Gueniat explique que les négociants suisses sont autorisés à traiter avec les représentants des parents ou des officiels qui peuvent avoir accès à des fonds public.

« Ils sont totalement libres de faire des affaires avec ces gens, avec ces sociétés conformément aux lois suisses. Et ça c'est un problème pour nous », a dit M. Gueniat.

Il assure qu'il y a des preuves que la compagnie pétrolière nationale du Nigeria a fait des affaires louches avec deux des plus grands négociants en pétrole de la planète : le Groupe Vitol et Trafigura, tous deux basés en Suisse.

La compagnie pétrolière nationale du Nigeria nie cette accusation, affirmant que le rapport est « non seulement faux, mais parsemé de données inexactes et mal documenté ».

LeGroupe Vitol et Trafigura soutiennent la même chose, en précisant qu'ils ont des politiques strictes de lutte contre la corruption.

Les législateurs nigérians ont lancé une enquête sur ces allégations.
XS
SM
MD
LG