Liens d'accessibilité

Nouveau séisme meurtrier au Népal


Scène de désolation dans Katmandou, 12 mai 2015.

Scène de désolation dans Katmandou, 12 mai 2015.

Un nouveau séisme, suivi de puissantes répliques, a secoué mardi le Népal, dévasté fin avril par un tremblement de terre, faisant au moins 19 morts et semant la panique dans la capitale, Katmandou.

Le séisme, d'une magnitude de 7,3 s'est produit à 76 km à l'est de Katmandou, plus de deux semaines après le tremblement de terre de magnitude 7,8 qui a tué plus de 8.000 personnes, selon l'institut américain de géophysique (USGS).

Le séisme, qui a été ressenti à New Delhi, a provoqué l'effondrement de bâtiments au Tibet, sous contrôle chinois. L'aéroport de Katmandou, porte d'entrée principale de l'aide internationale, a rouvert après avoir été fermé quelques heures par précaution.

Une deuxième secousse, de magnitude 6,3, a fait trembler la petite nation himalayenne, une demi-heure après la première, selon l'USGS.

Au moins 19 personnes ont été tuées et 679 blessées au Népal, selon le porte-parole de la police, Kamal Singh Bam. Quatre autres ont été tuées en Inde près de la frontière et une au Tibet.

Les premières secousses ont duré environ une minute, selon une journaliste de l'AFP à Katmandou, faisant vibrer le sol.

"Nous l'avons ressenti et immédiatement une foule immense s'est mise à courir en tous sens", a dit Suresh Sharma, qui était alors au marché. "C'était effrayant et j'ai eu du mal à sortir", a ajouté cette femme de 63 ans.

"La dernière fois, lors de l'énorme séisme, j'étais sortie en courant de ma maison, m'en sortant de justesse. J'ai eu la même impression pour celle-là. Je ne peux pas y croire, cela recommence".

L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a enregistré en particulier le décès de quatre personnes écrasées lors d'effondrement de bâtiments dans le district de Chautara, à l'est de la capitale népalaise.

Même si cette dernière secousse ne semble pas aussi grave que celle du 25 avril, les habitants ont été pris de panique à l'idée que ces nouveaux séismes entraîneraient l'effondrement de bâtiments déjà très endommagés.

Dans le principal hôpital de Katmandou, les patients blessés fin avril ont été évacués sur des chaises roulantes. Chacun tentait de joindre sa famille au téléphone tandis que le personnel médical commençait à dresser des tentes sur le parking.

La police népalaise a exhorté la population à rester à l'extérieur et à éviter d'encombrer le réseau mobile.

"Merci de rester à l'extérieur, aidez-nous à garder la circulation fluide, n'encombrez pas le réseau. Préférez les SMS", a-t-elle recommandé sur Twitter.

Les secousses ont également été ressenties à environ 1.000 km de là, à New Delhi où les immeubles ont tremblé et des employés ont évacué leurs bureaux. D'autres grandes villes indiennes ont aussi été secouées, comme au Bihar où les chaînes de télévision montraient les habitants regroupés dehors.

Des dégâts matériels ont été enregistrés au Tibet mais aucune victime enregistrée, a indiqué un haut fonctionnaire du bureau sismologique régional.

Le séisme du 25 avril a détruit d'importantes zones de Katmandou et fait des dizaines de milliers de sans-abri. Il a tué au moins 8.046 personnes au Népal et une centaine en Inde et en Chine.

Avec AFP

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG