Liens d'accessibilité

Nord-Mali: brigade de vigilance contre le saccage du patrimoine


Des membres de la communauté arabe de Tombouctou veulent empêcher la destruction d'autres mausolées et lieux saints de l'Islam

Les militants islamistes d’Ansar Dine ont continué à détruire les mausolées de saints musulmans à Tombouctou, dans le nord du Mali. Le groupe, qui a promis de détruire tous ceux de la région, a sévi encore dans l'enceinte de la plus grande mosquée de la ville classée patrimoine mondial en péril.

Armés de haches, de pioches et burins, les hommes du groupe armé Ansar Dine se sont acharnés contre deux mausolées en terre de la mosquée de Djingareyber qu'ils ont "totalement" détruits, selon des témoins interrogés par l'AFP depuis Bamako.

Des combattants d'Ansar Dine enseignent la charia aux habitants de Tombouctou (14 avril 2012)

Des combattants d'Ansar Dine enseignent la charia aux habitants de Tombouctou (14 avril 2012)

Djingareyber est l'une des trois principales mosquées de Tombouctou avec celles de Sidi Yahia et Sankoré, toutes trois classées par l'UNESCO au patrimoine de l'humanité, aujourd'hui en péril. Ansar Dine, qui contrôle Tombouctou depuis plus de 3 mois, estime que ces mausolées, patrimoine mondial ou pas, frisent l’idolâtrie et sont dès lors interdits par l’Islam.

Les 1er et 2 juillet, Ansar Dine avait déjà détruit sept des seize mausolées de Tombouctou et brisé la porte sacrée de la mosquée Sidi Yahia, provoquant l'indignation au Mali et à l'étranger. Les destructions avaient été interrompues, mais Ansar Dine avait promis qu'elles reprendraient.

Des membres de la communauté arabe de Tombouctou ont mis en place une "brigade de vigilance" pour empêcher la destruction d'autres mausolées par les islamistes.

XS
SM
MD
LG