Liens d'accessibilité

Nord-Mali : la mort de deux chefs islamistes reste toujours à confirmer


 Mokhtar Belmokhtar

Mokhtar Belmokhtar

La France qui participe aux opérations dans le nord-malien reste prudente sur la question.

Toujours pas de confirmation de sources indépendantes de la mort de deux chefs islamistes dans l’extrême nord-est du Mali.

L’armée tchadienne avait annoncé samedi avoir abattu Mokhtar Belmokhtar, l’un des chefs djihadistes dans le nord du Mali.

Abdelhamid Abou Zeid

Abdelhamid Abou Zeid

Avant cela, vendredi, le président Idriss Deby lui-même avait déclaré que ses soldats ont tué Abdelhamid Abou Zeid un autre leader d’AQMI.

La France qui participe aux opérations dans le nord-malien n’a pas confirmé ces déclarations.

En attendant, le sort d’Abou Zeid, l’un des leaders les plus extrémistes d’AQMI, continue de défrayer la chronique. Aurait-il été tué dans le nord du Mali, comme le disent les médias algériens, qui signalent par ailleurs des tests ADN en Algérie-même pour tenter de l’identifier?

Avant une confirmation ou infirmation officielle de la nouvelle, notre confrère Ould Oumeir, Directeur de la Tribune à Nouakchott, en Mauritanie, affirme que "nous accordons plus de crédit à la mort de Belmokhtar par rapport à celle de Abou Zeid qui, lui est un homme de terrain justement, tout le contraire de l’autre".

Il nous rappelle aussi qui est Abou Zeid, et pourquoi on s’intéresse tant à son sort.


En Algérie on doute de la mort d’Abdelhamid Abu Zeid. Mais au sujet de celle annoncée de Bel Mokhtar et de ses effets chez les djihadistes, Ali Zaoui, responsable de la première cellule civile antiterroriste à Alger affirme craindre « que le conflit va s’élargir dans tout le continent africain ».

XS
SM
MD
LG