Liens d'accessibilité

3 Maliens dont 2 humanitaires enlevés par des hommes armés


Archives : Les éléments de force de sécurité et les secours encadrent des personnes évacuées du lieu de l'attaque des jihadistes à Bamako, Mali, 20 novembre 2015. Crédit King Massasy

Archives : Les éléments de force de sécurité et les secours encadrent des personnes évacuées du lieu de l'attaque des jihadistes à Bamako, Mali, 20 novembre 2015. Crédit King Massasy

Deux humanitaires maliens de l'ONG Médecins du Monde Belgique et leur chauffeur ont été enlevés par des hommes armés dans la région de Ménaka.

Cet incident survient au lendemain d'une autre attaque survenue dans la même zone. Ménaka est le chef-lieu d'une des nouvelles régions du vaste Nord malien.

"Mercredi, un véhicule loué par Médecins du Monde Belgique a été attaqué et enlevé par des hommes armés près de la localité de Ménaka", a déclaré à l'AFP une source de sécurité malienne.

D'après une source humanitaire, les assaillants ont "en réalité attaqué mercredi deux véhicules de Médecins du Monde Belgique. Ils ont crevé par balle les pneus d'un des véhicules qui ne pouvait plus circuler. C'est pour cette raison qu'ils ont enlevé un seul véhicule". L'infirmier et le chauffeur qui étaient à bord des deux véhicules attaqués ont pu se sauver, a-t-elle ajouté.

Jeudi, a raconté la source de sécurité malienne, ce sont "deux autres véhicules loués par MDM Belgique et deux travailleurs maliens de la même ONG (qui) ont été enlevés près de Ménaka par des hommes armés".

Selon la source humanitaire, en plus des deux travailleurs de l'ONG, leur conducteur de nationalité malienne a également été kidnappé. Ce chauffeur est un employé de la société qui a loué les véhicules à l'ONG.

Cet enlèvement survient après celui de trois collaborateurs du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), kidnappés le 16 avril à Abéibara, au nord de Kidal, chef-lieu de la région du même nom, à plus de 1.500 km au nord-est de Bamako.

Ces trois personnes avaient été libérées moins d'une semaine après. Leur enlèvement avait été revendiqué par Ansar Dine qui fait partie des groupes alliés à Al-Qaïda qui ont contrôlé le vaste nord du Mali pendant près de dix mois entre 2012 et janvier 2013.

Les jihadistes ont été en grande partie chassés de cette région par une intervention internationale déclenchée en janvier 2013 par la France avec son opération Serval, remplacée depuis août 2014 par Barkhane. Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG