Liens d'accessibilité

Nigeria : un religieux musulman condamné à mort pour blasphème


Un religieux musulman a été condamné à mort pour blasphème contre le prophète Mahomet par un tribunal islamique de Kano, dans le nord du Nigeria, a indiqué mardi le procureur à l'AFP.

"La cour a jugé Abdul Nyass coupable de blasphème contre le Prophète, ce qui est passible de la peine de mort, en application de la charia --la loi coranique-- en vigueur dans l'Etat de Kano", a déclaré le procureur Lamido Abba Soron-Dinki.

Abdul Nyass, un prêcheur soufi - une branche dissidente de l'islam sunnite majoritaire -, était accusé d'avoir émis des commentaires jugés comme critiquant le Prophète au cours d'une cérémonie religieuse en mai.

Ces paroles avaient engendré des violences dans la métropole du nord du Nigeria, qui compte plus de cinq millions d'habitants. La maison d'Abdul Nyass avait été incendiée et il s'était enfui.

Cinq de ses adeptes avaient déjà été condamnés à la peine de mort en juin. Leur appel est en cours.

Arrêté en août à Abuja, la capitale fédérale, où il se cachait, le prêcheur a été ramené à Kano et a fait l'objet d'une nouvelle procédure, a expliqué le procureur.

Douze Etats du nord du Nigeria, majoritairement musulman, ont adopté la charia en parallèle du code pénal au début des années 2000. Si la peine capitale a déjà été prononcée plusieurs fois par les tribunaux de la charia, notamment pour des cas d'adultère, de meurtre ou pour homosexualité, aucune exécution n'a eu lieu pour l'instant.

"Le procès s'est tenu en secret, pour éviter de actions violentes du public", a précisé le procureur. Au début du précédent procès en mai, la foule en colère contre les prévenus avait mis le feu à une partie du tribunal.

Le prêcheur "dispose d'un mois pour faire appel", a indiqué le procureur.

Son avocat a refusé de commenter le verdict et même de donner son nom, par peur de représailles.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG