Liens d'accessibilité

Nigeria : une attaque de villages attribuée à Boko Haram fait quatre morts


Le village nigérian de Dalori après une attaque de Boko Haram, le 31 janvier 2016.

Le village nigérian de Dalori après une attaque de Boko Haram, le 31 janvier 2016.

Selon des responsables et des habitants, Boko Haram a attaqué les villages de Mairi et Malari, dans l'Etat de Borno, a-t-on appris samedi. Quatre personnes ont été tuées à Mairi.

Quatre personnes ont été tuées dans l'attaque de deux villages attribuée au groupe islamiste Boko Haram dans l'Etat de Borno, dans le nord-est du Nigeria, ont annoncé samedi des responsables locaux et des habitants.

Les assaillants qui circulaient à moto ont attaqué deux communautés, tirant sur la population et incendiant des maisons. Trois femmes et un homme ont été tués dans le village de Mairi, ont précisé ces sources.

Ces assauts interviennent une semaine après une attaque similaire de militants présumés de Boko Haram contre le village de Dalori, proche de la capitale régionale Maiduguri, qui a fait au moins 85 morts.

"Ils ont tué quatre personnes (...) et incendié toutes les maisons", a confirmé Babakaka Garbai, le sénateur représentant la communauté.

Baana Bukar, un habitant de Mairi, a raconté que les assaillants avaient tiré au hasard, prenant par surprise les habitants après la dernière prière du soir.

Les femmes sont mortes brûlées dans l'incendie de leur maison tandis que l'homme a été tué par balle, a-t-il ajouté.

Ahmed Tijjani, responsable du comité de vigilance du deuxième village attaqué, celui de Malari, a affirmé que les habitants avaient fui la zone avant l'attaque parce qu'ils avaient entendu des coups de feu. Les assaillants ont alors mis le feu à tout le village.

Le président nigérian Muhammadu Buhari affirme que l'insurrection de Boko Harama été "considérablement freinée" depuis qu'il a pris ses fonctions en mai 2015. Mais le groupe islamiste, qui a rallié l'organisation Etat islamique (EI), attaque régulièrement les populations du nord-est du Nigeria, et des zones frontalières au Cameroun et au Tchad.

Depuis son déclenchement en 2009, l'insurrection a fait plus de 17.000 morts au Nigeria et provoqué le déplacement de 2,6 millions de personnes.

AFP

XS
SM
MD
LG