Liens d'accessibilité

Bilan des attaques au Nigeria: plus de 85 morts, plus de 50 personnes hospitalisées


Le nouveau chef d'état-major de l'armée nigériane Alex Badeh (Centre), et le nouveau commandant de l'armée de l'Air Adesola Nunayon Amosu (droite) à Abuja le 20 janvier 2014.

Le nouveau chef d'état-major de l'armée nigériane Alex Badeh (Centre), et le nouveau commandant de l'armée de l'Air Adesola Nunayon Amosu (droite) à Abuja le 20 janvier 2014.

Les autorités nigérianes soupçonnent Boko Haram d’être à l’origine des attaques de dimanche dans le nord-est du pays.

Mardi, les autorités ont revues à la hausse le bilan des victimes. A Kawuri dans l’Etat de Borno, à une quarantaine de kilomètres de Maiduguri, des hommes armés ont attaqué un marché dimanche, faisant au moins 45 morts ; et dans l’Etat voisin d'Adamawa, à Waga Chakawa, au moins 26 personnes ont été tuées dans une attaque contre une église le même jour.

A Kawuri, les assaillants, une cinquantaine environ, sont arrivés à bord de plusieurs véhicules, a précisé un conseiller du gouvernement local, Dala Lawan, ajoutant qu’ils ont brûlé de nombreuses maisons et enlevé des femmes.

Ces attaques sont survenues une semaine après l'engagement du nouveau chef de l'armée Alex Badeh d'en finir rapidement avec les islamistes armés.

La plupart des analystes estiment que la stratégie militaire ne peut, à elle-seule, mettre fin au conflit, mais selon Alain Rodier, spécialiste des questions de terrorisme islamiste et de crime organisé au Centre Français de Recherche sur le Renseignement, elle est nécessaire car, a-t-il dit à la VOA, Boko Haram refuse tout dialogue avec le gouvernement fédéral.

XS
SM
MD
LG