Liens d'accessibilité

Nigeria : des marchés aux bestiaux fermés pour empêcher le financement de Boko Haram


Des bestiaux dans le village de Dajin Gomo, Kano, Nigeria, le 2 novembre, 2015.

Des bestiaux dans le village de Dajin Gomo, Kano, Nigeria, le 2 novembre, 2015.

Les marchés concernés - où du bétail provenant des razzias de Boko Haram pourraient circuler - sont situés dans les villes de Gamboru, Dusuman, Shuwarin et Ngom.

Quatre marchés aux bestiaux ont été fermés dans l'Etat de Borno dans le nord-est du Nigeria pour empêcher la vente de bétail volé qui financerait le groupe islamiste Boko Haram, ont annoncé les autorités locales.

Les marchés concernés sont situés dans les villes de Gamboru, Dusuman, Shuwarin et Ngom, en dehors de Maiduguri, la capitale de Borno.

"Toutes les activités commerciales ont été suspendues jusqu'à nouvel ordre", a déclaré Kashim Shettima, le gouverneur de l'Etat de Borno.

Le gouvernement "s'engage à ce qu'aucun lieu public ne soit transformé en un espace destiné aux activités de financement des terroristes", a-t-il ajouté.

Les ventes de viandes séchées tel que le "kilishi" - spécialité du nord du pays fait à partir de fines tranches grillées de boeuf épicé - ont été également interdites, a précisé M. Shettima.

Intermédiaires peu scrupuleux

Les ventes de bétails au marché de Maiduguri ont été interdites pour les deux prochaines semaines et seuls les commerçants et les bouchers certifiés sont autorisés à l'abattage et vente de la viande, a ajouté le gouverneur.

Les autorités nigérianes estiment que Boko Haram est "techniquement" vaincu à Borno. Mais les rebelles islamistes ont attaqué plusieurs villages ces derniers mois, pillant les vivres et bétails. Les denrées alimentaires volées sont alors revendues à des prix élevés par des intermédiaires peu scrupuleux de leur provenance, a expliqué M. Shettima.

"L'argent récolté à partir de ses transactions est acheminé afin de financer des activités terroristes", a précisé le gouverneur.

Le marché aux bestiaux de Maiduguri avait déjà été fermé pour des raisons similaires conduisant à une pénurie de viande dans la plus grande ville du nord du pays et provoquant un tollé général.

Une contre-offensive militaire qui a débuté en 2015 a permis de reprendre aux rebelles islamistes de Boko Haram des territoires du nord. ​

Avec AFP

XS
SM
MD
LG