Liens d'accessibilité

Nigeria: la police intercepte 17 personnes transportées illégalement vers la Libye


Une carte représentant les routes empruntées par les réseaux de trafic d'êtres humains.

Une carte représentant les routes empruntées par les réseaux de trafic d'êtres humains.

Dix-sept Nigérians qui devaient être transportés dans le cadre d'un trafic d'êtres humains vers la Libye via le Niger, ont été interceptés par les services nigérians d'immigration.

Le groupe - 10 femmes et 7 hommes âgés de 18 à 40 ans - a été appréhendé le 14 et le 21 février, à la frontière avec le Niger, a expliqué Ahmed Alhaji Alfa, chef de l'immigration dans l'Etat de Kastina (nord du Nigeria).

"Selon notre enquête, leur mission était de traverser la frontière pour rejoindre Agadez, au Niger, puis la Libye. Nous pensons que leur destination finale était l'Europe, au terme d'un dangereux voyage par la mer", a-t-il déclaré.

Le trafic d'êtres humains est relativement répandu au Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique avec plus de 170 millions d'habitants.

Les victimes, majoritairement des jeunes filles, sont souvent acheminées en Europe via le Niger puis la Libye. Une fois arrivées à destination, leurs passeurs, qui leur avaient promis un avenir prospère, les forcent à se prostituer.

Les victimes sont souvent soumises à des rites vaudou, au cours desquels elles s'engagent à ne rien dévoiler sur leurs passeurs.

Parmi ces personnes qui venaient toutes des Etats d'Edo et d'Imo (sud), "une seule était munie de papiers; les autres n'avaient pas de papiers, ni de moyens de subsistance", a ajouté M. Alfa.

Ce trafic est organisé par un groupe de trafiquants depuis Kano, la plus grande ville du nord du Nigeria, selon M. Alfa.

Le groupe de Nigérians a été remis mardi à la NAPTIP, l'agence nigériane qui lutte contre la traite d'êtres humains, tandis que les forces de l'ordre continuaient à traquer les trafiquants.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG