Liens d'accessibilité

Nigeria : l'ex-chef d'état-major des armées Alex Badeh placé en détention provisoire


Alex S. Badeh le 26 mai 2014 à Abuja. (AP Photo/Gbenga Olamikan)

Alex S. Badeh le 26 mai 2014 à Abuja. (AP Photo/Gbenga Olamikan)

Alex Badeh, 59 ans, ex chef d'état-major de l'armée de l'air, a été inculpé lundi de dix chefs d'accusation de fraude, abus de confiance et blanchiment d'argent. Il a plaidé non coupable.

L'ancien chef d'état-major des armées du Nigeria a été placé en détention provisoire lundi par un tribunal d'Abuja après avoir plaidé non coupable à des accusations de corruption.

Alex Badeh, ancien général de l'armée de l'air, avait été arrêté fin janvier pour être entendu dans le cadre d'une affaire de détournement présumé de 3.97 milliards de nairas (17.9 millions d'euros) de l'armée de l'air nigériane en 2013.

M. Badeh, 59 ans, qui était à l'époque chef d'état-major de l'armée de l'air, a été inculpé de dix chefs d'accusation de fraude, abus de confiance et blanchiment d'argent par une haute cour fédérale à Abuja lundi.

Il est entre autres accusé d'avoir prélevé 1,4 milliard de nairas (6,4 millions d'euros) des comptes de l'armée de l'air pour s'acheter une maison dans le quartier chic de Maitama, à Abuja.

Le juge Okon Abang a placé M. Badeh en détention provisoire jusqu'à ce qu'une demande de libération sous caution soit examinée jeudi.

M. Badeh avait été nommé chef d'état-major des armées en janvier 2014 par l'ancien président Goodluck Jonathan, à un moment où l'armée était sévèrement critiquée pour ses revers face à l'insurrection du groupe islamiste Boko Haram.

Alex Badeh s'était alors engagé à mettre un terme rapide au conflit, commencé en 2009. Mais pendant son mandat, Boko Haram s'est emparé de vastes étendues de territoire dans trois Etats du nord-est.

L'armée semblait être en déroute, les troupes se plaignant du manque d'armes et de munitions face à des insurgés mieux équipés.

Pendant le mandat de M. Badeh, plus de 200 lycéennes ont été enlevées par Boko Haram à Chibok en avril 2014, provoquant une vague d'indignation dans le monde entier.

En mai de cette année, il avait déclaré que l'armée savait où étaient la plupart des filles mais qu'une mission de sauvetage était dangereuse.

L'ancien conseiller à la sécurité nationale de Goodluck Jonathan et un des plus hauts personnages de l'Etat, le colonel Sambo Dasuki, fait également l'objet d'une série de procès dans le cadre d'un scandale de détournement de fonds initialement destinés à la lutte contre le groupe islamiste Boko Haram, portant sur deux milliards de dollars.

Le président nigérian Muhammadu Buhari a limogé M. Badeh ainsi que l'ensemble de son haut commandement militaire en juillet 2015.

AFP

XS
SM
MD
LG