Liens d'accessibilité

Nigéria : doutes sur la libération des lycéennes kidnappées à Chibok


Les éléments des forces de sécurité devant l'école secondaire incendiée à Chibok, Nigeria, le 21 avril 2014.

Les éléments des forces de sécurité devant l'école secondaire incendiée à Chibok, Nigeria, le 21 avril 2014.

Le porte-parole des armées à Abuja, Chris Olukolade, a indiqué qu’il était prématuré d'établir un lien avec les 200 filles de Chibok.

L'armée nigériane a annoncé mardi soir avoir libéré 200 filles et 93 femmes dans la forêt de Sambisa, un fief du groupe islamiste dans le Nord-est du pays.

Le porte-parole de l'armée de terre, Sani Usman, a indiqué que, selon les investigations préliminaires, les filles libérées ne sont pas celle enlevées à Chibok l'année dernière.

L’incident malheureux est intervenu le 14 avril 2014, quand 276 lycéennes ont été enlevées par les islamistes de Boko Haram dans le dortoir du lycée pour filles de Chibok, un rapt qui avait entraîné une vague d'émotion et de solidarité à travers le monde.

Cinquante-sept adolescentes avaient réussi à s'enfuir dans les heures qui ont suivi le kidnapping. Mais on est sans nouvelles des 219 otages depuis une vidéo diffusée en mai 2014 par Boko Haram, montrant une centaine de lycéennes voilées, récitant des sourates du Coran.

Les ex-otages sont encore en train d'être examinées et interrogées pour déterminer leur identité, a précisé le porte-parole des armées nigérianes, Chris Olukolade.

Car il se pourrait tout de même que des lycéennes de Chibok se trouvent parmi elles.

XS
SM
MD
LG