Liens d'accessibilité

Boko Haram pille et incendie un village dans le nord-est du Nigeria


Une scène de destruction causée par une attaque de Boko Haram.

Une scène de destruction causée par une attaque de Boko Haram.

Takulashi, un village de fermiers et d'éleveurs près de Chibok, a été pillé et entièrement incendié dimanche par Boko Haram. On ne sait pas encore s'il y a des victimes.

Des militants armés du groupe islamiste Boko Haram ont entièrement incendié un village dans le nord-est du Nigeria, selon les témoignages d'un habitant et d'un chef communautaire recueillis mardi 8 décembre.

Les rebelles islamistes ont attaqué le village de Takulashi dimanche, pillant toutes les vivres, deux jours après volé 200 têtes de bétail lors d'un raid dans le même village.

Takulashi se trouve près de Chibok où Boko Haram avait enlevé l'an dernier plus de 200 lycéennes.

Les hommes armés ont surgi à pied et à moto vers 6 h dimanche matin (5 h GMT) dans ce village de fermiers et d'éleveurs, et ils se sont mis à tirer partout et à mettre le feu aux maisons.

Seulement cinq maisons épargnées

"Ils ont brûlé plus de 100 maisons dans le village. Seulement cinq maisons ont été épargnées", a témoigné un habitant, se présentant sous le nom de David, qui a fui dans la ville voisine d'Askira Uba.

Les assaillants ont pillé les vivres du village qu'ils ont emmenées à bord de quatre véhicules qu'ils ont aussi volés. Ils ont incendié quatre autres véhicules qu'ils ne pouvaient pas emporter et ont aussi mis le feu au reste des réserves de nourriture du village.

"Nous attendons que tout le monde revienne pour voir s'il y a eu des victimes dans l'attaque", a déclaré à l'AFP Ayuba Chibok, un chef communautaire de Chibok. "On essaie d'entrer en contact par téléphone avec tous les habitants qui se sont enfuis".

"Nous pensions que le pire était déjà arrivé quand Boko Haram avait volé 200 têtes de bétail vendredi", a-t-il ajouté.

Takulashi déjà attaqué en 2014

Le nombre de raids de ce genre a diminué ces derniers mois dans les régions rurales du nord-est du Nigeria, ce qui semble indiquer que l'offensive lancée par l'armée nigériane a diminué les capacités d'attaque de Boko Haram.

Mais des raids se produisent de temps en temps et, surtout, les islamistes ont multiplié les attentats à la bombe dans les zones urbaines, souvent perpétrés par des kamikazes.

En avril 2014, Boko Haram avait déjà attaqué le village de Takulashi, tuant 12 personnes, peu après avoir kidnappé 276 lycéennes à Chibok. Cinquante-sept d'entre elles étaient parvenues à s'échapper, mais on est toujours sans nouvelles, un an et demi plus tard, des 219 autres.

Selon Amnesty International, le groupe a enlevé au moins 2 000 femmes et filles au Nigeria depuis janvier 2014.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG