Liens d'accessibilité

Nigeria : au moins 25 tués dans un attentat à la bombe à Zaria


ARCHIVES-Intronisation d'un traditionnel à Zaria, l'Etat de Kaduna.

ARCHIVES-Intronisation d'un traditionnel à Zaria, l'Etat de Kaduna.

En plus de morts, la bombe attribuée qui a explosé mardi dans des bureaux de l'administration locale à Zaria, dans le nord du Nigeria, a fait au moins 32 blessés

Le gouverneur de l'Etat de Kaduna, Nasir Ahmad el-Rufai, qui avait fourni un premier bilan de 20 morts a attribué l’attentat aux islamistes de Boko Haram.

"L'engin explosif, très vraisemblablement porté par un kamikaze, a explosé dans les locaux administratifs du district et tué 25 personnes, dont un enfant de deux ans", a-t-il indiqué sur Facebook le gouverneur de l'Etat de Kaduna, Nasir Ahmad el-Rufai, qui avait fourni un premier bilan de 20 morts.

Des témoins affirment que la bombe a explosé vers 09H00 (08H00 GMT) au moment où des instituteurs et d'autres fonctionnaires faisaient la queue pour subir des contrôles d'identité.

En l'absence de revendication, les soupçons se portent sur Boko Haram, très actif dans la région.

Zaria, une ville à majorité musulmane située à 75 km au nord de Kaduna, capitale de l'Etat éponyme, a déjà été la cible d'attaques des islamistes.

Depuis l'entrée en fonction du nouveau président Muhammadu Buhari le 29 mai, ces derniers ont multiplié leurs opérations dans le nord du Nigeria.

Lundi soir, une jeune kamikaze de 13 ans avait péri dans un attentat manqué près d'une grande mosquée de Kano, la plus importante ville du nord du Nigeria, à 200 km au nord de Zaria.

Dimanche, c'était la ville de Jos (centre) qui était frappée par deux attentats, contre une mosquée et un restaurant, dans lesquels au moins 44 personnes sont mortes. Peu avant, cinq personnes avaient été tuées dans un attentat-suicide dans une église de Potiskum (nord-est).

Le président Buhari a fait une priorité de la lutte contre les insurgés, mais n'a pas réussi pour l'instant à faire cesser le bain de sang.

Quelque 550 personnes sont mortes dans des violences attribuées aux islamistes depuis l'entrée en fonction du président, selon un décompte de l'AFP.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG