Liens d'accessibilité

Effondrement d'un immeuble de Lagos : le bilan passe à 22 morts


Photo d’archives : Des secouristes sur le site de l’effondrement d’un bâtiment à Lagos, au Nigeria, le 16 septembre 2014.

Photo d’archives : Des secouristes sur le site de l’effondrement d’un bâtiment à Lagos, au Nigeria, le 16 septembre 2014.

Un immeuble en construction dans un quartier résidentiel huppé de Lagos s'est effondré mardi, faisant 22 morts. Le premier bilan faisait état de six décès.

Le bilan des victimes de l'effondrement d'un immeuble en construction dans un quartier résidentiel huppé de Lagos est monté à 22 morts mercredi avec la poursuite des recherches, contre 15 mardi, a déclaré un responsable des secours.

"Nous avons récupéré quatre corps supplémentaires aujourd'hui quand nous avons repris les opérations, ce qui porte le bilan à 22 personnes décédées", a dit à l'AFP Ibrahim Farinloye, de l'agence nationale de gestion des situations d'urgence (Nema).

"Certaines des 13 personnes retrouvées vivantes dans les décombres de l'immeuble ont été évacuées vers l'hôpital général sur l'île de Lagos et prises en charge", a-t-il ajouté.

Les causes de cet accident survenu mardi étaient toujours inconnues et une enquête a été ouverte par les agences gouvernementales locales, a indiqué M. Farinloye. La catastrophe est survenue au lendemain de fortes pluies de la saison humide.

L'immeuble en cause appartient à Lekki Gardens, une société immobilière privée nigériane qui a des propriétés dans la région, a précisé le responsable de la Nema. Contactée par l'AFP, l'entreprise n'a pas répondu immédiatement.

L'effondrement s'est produit à Lekki, un quartier parmi les plus cher situé dans le sud-est de la capitale économique du pays, qui s'est développé rapidement devenant un lieu prisé des riches Nigérians et des expatriés. On y trouve des propriétés fermées avec des maisons de style américain pouvant coûter plusieurs millions de dollars.

De tels effondrements sont fréquents dans les quartiers populaires et très densément peuplés de Lagos, où vivent environ 20 millions de personnes, car les bâtiments sont souvent construits à la va-vite et avec des matériaux bon marché. Mais ils sont rares dans les quartiers plus chics.

AFP

XS
SM
MD
LG