Liens d'accessibilité

Niger : un nouveau président du Parlement, son prédécesseur mis en cause dans un trafic de bébés


Hama Amadou, ancien président du Parlement du Niger en fuite après sa mise en cause dans un trafic international de bébés. Photo prise le 13 septembre 2013. REUTERS/Jo

Hama Amadou, ancien président du Parlement du Niger en fuite après sa mise en cause dans un trafic international de bébés. Photo prise le 13 septembre 2013. REUTERS/Jo

Il remplace Hama Amadou, mis en cause dans un trafic international de bébés

Le Niger a un nouveau président du Parlement, Amadou Salifou, a été élu lundi en remplacement d’Hama Amadou, en fuite après sa mise en cause dans un trafic international de bébés.

Elu avec 71 voix sur un total de 113, l’ancien opposant Amadou Salifou a été porté aujourd’hui à la tête du Parlement du Niger.

Cet ancien maire de Niamey a été récemment été "suspendu pour un an" de cette formation pour avoir décidé de "soutenir" le président Mahamadou Issoufou.

Il est militant du MNSD, le Mouvement national pour la société de développement, le principal parti de l'opposition nigérienne.

L'opposition n'a pas pris part au vote, qui s'est déroulé dans un tollé général. Mais elle a déposé une motion de censure contre le gouvernement.

La motion, lue sur la radio du Parlement, est motivée, selon les opposants, par "les dérives autoritaires du régime", "la corruption" et "le concassage des partis de l'opposition".

L'ancien président du Parlement, Hama Amadou, a quitté le Niger le 27 août suite à l'autorisation de son audition par la justice pour une affaire de trafic de bébés entre le Nigeria, le Bénin et le Niger.

Actuellement en France, un mandat d'arrêt a été émis fin septembre à son encontre dans cette affaire retentissante, qui a crispé le climat politique dans le pays.

XS
SM
MD
LG