Liens d'accessibilité

La France accepte d'accueillir Hama Amadou


Hama Amadou

Hama Amadou

Paris va, pour des raisons humanitaires, accueillir l’opposant nigérien candidat au second tour de l’élection présidentielle évacué mercredi de Niamey par avion, a annoncé à VOA Afrique un responsable du ministère français des Affaires étrangères.

"A la demande de l'intéressé, la France va accueillir M. Hama Amadou pour des soins médicaux. Il s'agit d'un geste à caractère humanitaire", a affirmé notre source.

M. Amadou qui affronte le président sortant nigérien Issoufou Mahamdou au scrutin du 20 mars, était détenu depuis quatre mois dans son pays. Il a passé le premier tour en prison,

La source ne donne aucune précision sur la structure médicale qui accueillera l’opposant nigérien qui est, selon ses proches, dans un avion qui a décollé mercredi de Niamey pour la France.

Mardi, le gouvernement nigérien a annoncé l’arrestation du médecin du rival du président Mahamadou, pour diffusion de fausses informations.

L'opposant était arrivé mercredi en fin de matinée à Niamey, transféré par hélicoptère de sa prison de Filingué, à 180 km au nord de la capitale.

Lundi, Harouna Yacouba, le médecin de M. Amadou, avait déclaré sur plusieurs télévisions privées que son patient avait été hospitalisé après "l'aggravation" de son état de santé à Filingué.

Il a reçu les premiers soins dans "une salle aménagée" à l'hôpital de district de Filingué en attendant son évacuation, a pour sa part indiqué mardi à la presse Marou Amadou, le porte-parole du gouvernement et ministre de la Justice.

Il a noté que le rapport d'une équipe de spécialistes dépêchée à Filingué a établi que l'opposant souffrait de "fatigue générale".

"Pour une maladie chronique" dont "souffre M. Amadou depuis trois ans", il faut "l'évacuer dans un centre spécialisé", or un tel centre "n'existe pas à Niamey", avait-t-il souligné.

Le 2 mars, l'opposition avait réclamé la libération de l'opposant afin qu'il puisse mener sa campagne et affronter en "toute régularité" le président sortant Mahamadou Issoufou au second tour de la présidentielle, le 20 mars.

La cour d'appel de Niamey, qui a examiné lundi une demande de liberté provisoire pour M. Amadou, rendra une décision le 28 mars. Il est poursuivi pour une affaire de trafic d'enfants qui empoisonne le climat politique nigérien depuis deux ans.

Au premier tour de la présidentielle, le 21 février, M. Amadou qui a battu campagne depuis sa cellule, a obtenu 17,79% des suffrages contre 48,41% au président sortant Issoufou.

XS
SM
MD
LG