Liens d'accessibilité

Niger : Paris apporte son soutien à Niamey contre Aqmi


Travailleurs d' Areva pris en otage par Al Qaida

Travailleurs d' Areva pris en otage par Al Qaida

Il n'existe pratiquement plus de sanctuaire où les expatriés français peuvent se sentir en sécurité au Sahel

Le ministre français de la défense était lundi à Niamey, deux jours après la mort de deux Français enlevés au Niger. Alain Juppé s'est recueilli sur la dépouille des deux jeunes hommes âgés de 25 ans à la clinique privée de Niamey où les corps ont été transférés. Il a été notamment reçu par le chef du Conseil suprême pour la défense de la démocratie le général Salou Djibo à qui il a réaffirmé le soutien de Paris dans la lutte contre le terrorisme.

La France Paris affirme que les otages ont été "éliminés froidement" par leurs ravisseurs et la marque d’Al-Qaïda au Maghreb Islamique ne fait aucun doute.

Pour M. Juppé, il y a "peu de doutes" sur l'implication dans la prise d'otages d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui retient déjà cinq Français enlevés en septembre dans le nord du Niger. Pour

Dominique Thomas, chercheur a l’école des hautes études en sciences sociales de Paris, les expatriés français dans la zone sahélienne n’étaient plus en sécurité nulle part, de Nouackchott quasiment jusqu’aux confins du Tchad, en passant par Bamako et Niamey : il n’existe plus de sanctuaire dans lequel les expatriés français pourraient éventuellement se sentir en sécurité.

XS
SM
MD
LG