Liens d'accessibilité

Newt Gingrich, nouveau favori chez les Républicains


De gauche a droite, Rick Santorum, Rick Perry, Mitt Romney, Herman Cain, Newt Gingrich, Michele Bachmann

De gauche a droite, Rick Santorum, Rick Perry, Mitt Romney, Herman Cain, Newt Gingrich, Michele Bachmann

Dans la course à l’investiture du parti pour la présidentielle de 2012 aux États-Unis, les favoris se succèdent au gré des sondages. C’est au tour de l’ancien président de la Chambre des Représentants de briller.

Est-ce simplement la « saveur du mois » ? Ou, est-ce une véritable renaissance pour une campagne qui était au bord de l’implosion, voilà à peine quelques mois ? Il est à court de personnel, de fonds, et le temps presse, mais Newt Gingrich veut exploiter au maximum l’élan retrouvé après les derniers débats des candidats républicains.

L’ancien président de la Chambre basse vient de lancer sa première pub à la télé, moins d’un mois avant le premier vote de la série des primaires. Sur un ton très reaganesque, il offre la perspective d’une renaissance de l’Amérique : « en œuvrant ensemble, nous pouvons et nous allons reconstruire l’Amérique que nous aimons. »

Plusieurs sondages réalisés à l’échelle nationale placent maintenant Newt Gingrich devant l’ancien gouverneur du Massachusetts Mitt Romney et cinq autres rivaux. Dans des états où le vote est prévu tôt en 2012, Gingrich vient également en tête, par exemple dans l’Iowa et en Caroline du Sud.

Mais c’est un pari difficile. Romney continue de faire valoir ses droits, se présentant comme un expert des affaires capable de remettre les Américains au travail.

M. Romney parle de la nécessité d’un retour aux principes qui ont toujours contribué à la grandeur de l’Amérique. C’est pourquoi, dit-il, il est important pour lui de remporter l’investiture du parti républicain. Il dit espérer convaincre assez d’électeurs afin d’accéder à la présidence.

Si Romney devance Gingrich dans le New Hampshire, où la primaire est prévue le 10 janvier, une semaine après les caucus de l’Iowa, l’ancien parlementaire semble lui emboîter le pas avec l’espoir de pouvoir le dépasser.

Le soutien des partisans d’Herman Cain, qui a levé le drapeau blanc samedi, devrait l’y aider.

De l’avis de la directrice des affaires politiques à la chaîne ABC News, Amy Walter, Newt Gingrich est le plus susceptible de bénéficier du retrait du candidat noir parce que « Herman Cain l’apprécie et dira probablement de bonnes choses à son sujet ».

Néanmoins, la course à l’investiture républicaine demeure imprévisible, selon l’analyste politique Stuart Rothenberg.

Rappelant la performance éphémère d’autres candidats dans les sondages, M. Rothenberg suggère que l’avance de Newt Gingrich pourrait aussi s’évaporer.

Attendons voir.

XS
SM
MD
LG