Liens d'accessibilité

Le New York Times propose un plan de départs volontaires


Le groupe de presse américain New York Times a proposé à ses employés un plan de départs volontaires dans le but de rationaliser ses opérations et se développer dans le numérique.

Le nombre de personnes concernées n'est pas précisé mais le groupe "prendra autant de candidats que possible", selon un document interne consulté par l'AFP.

Le groupe de presse ne prévoit pas de licenciements cette année, selon un autre mémo cité par le journal, mais va se réorganiser pour se concentrer davantage sur l'international et le numérique.

A la rédaction, le plan de départs volontaires sera proposé à tous les employés ayant trois ans d'expérience ou plus, sauf à ceux de la vidéo, de l'infographie et du design numérique, selon le document.

"Nous cherchons des volontaires, des gens qui pourraient considérer que cette offre correspond à leurs projets à long terme et répond à leurs intérêts financiers", explique le texte.

Le plan sera ouvert du 31 mai au 15 juillet.

Le plan prévoit de verser aux candidats au départ une semaine de travail payé pour six mois de service, avec un minimum de quatre semaines et un maximum de 52 semaines.

Le groupe a aussi proposé ce plan de départs volontaires aux salariés des autres départements que la rédaction.

Le New York Times a maintenu une rédaction de quelque 1.300 journalistes en dépit d'une baisse de ses tirages et recettes publicitaires sur papier, qui n'a été compensée qu'en partie par une hausse des abonnements et des recettes publicitaires en ligne.

Il s'agit du premier plan de départs volontaires depuis la suppression à la rédaction de 100 postes, dont 20 licenciements, en 2014, selon le New York Times.

Début mai, le prestigieux quotidien a annoncé une réduction de sa perte au premier trimestre, qui s'est établi à 8,3 millions de dollars, au lieu de 14,3 millions sur la même période il y a un an. Le chiffre d'affaires a lui baissé de 1,2% à près de 380 millions.

Le New York Times avait invoqué un marché publicitaire "difficile" à la fois dans le papier et dans le numérique, au moment où l'entreprise cherche à passer au numérique tout en développant son lectorat.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG