Liens d'accessibilité

Etats-Unis : à nouvelle législature, nouvelles priorités


Les nouveaux élus devant le Congrès, à Washington

Les nouveaux élus devant le Congrès, à Washington

Un traité qui a peu de chance de ratification est la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. Certains législateurs veulent imprimer une nouvelle direction à la Commission spéciale du Sénat sur l’indépendance énergétique et le réchauffement climatique, explique Nick Loris, spécialiste de l’énergie au Heritage Foundation.

La nouvelle législature américaine qui siègera en janvier sera probablement favorable aux accords de libre échange, mais moins encline à appuyer de nouveaux traités ou autres initiatives multilatérales, estiment les analystes.

Lorsque le 111e Congrès des Etats-Unis conclura ses travaux ce mois-ci, il laissera en suspens plusieurs dossiers, notamment la convention internationale pour l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, celle relative aux droits de l’enfant et à la Loi sur la mer.

Au Sénat, qui compte 100 membres, 67 votes sont nécessaires pour ratifier un traité. Aux dernières élections, les républicains ont remporté la majorité à la Chambre des représentants et l’ont manqué de quatre sièges seulement au Sénat.

Le sénateur républicain Rand Paul, un des nouveaux législateurs américains

Le sénateur républicain Rand Paul, un des nouveaux législateurs américains

« La perspective pour le Sénat américain de prodiguer des conseils et de donner son consentement à la ratification de ces traités était meilleure sous le précédent Sénat qui comptait 60 démocrates et quelques républicains modérés. Mais ces républicains ont été remplacés et le nombre des républicains s’est accru, réduisant la perspective d’une quelconque ratification de traité au cours des deux prochaines années », souligne Brett Schaeffer, analyste au Heritage Foundation, un cercle de réflexion conservateur de Washington.

L’accord le plus connu en attente de ratification est le Nouveau Traité de réductions des armes stratégiques signé avec la Russie. Selon le New York Times, le président Obama aurait besoin de l’appui d’au moins 9 sénateurs républicains sous la législature actuelle, et d’au moins 14 sous le prochain Congrès.

Le député républicain John Boehner de l'Ohio, alors chef de file de la minorité républicaine à la Chambre, célébrant, le 3 novembre, la victoire électorale qui allait remettre les républicains en selle

Le député républicain John Boehner de l'Ohio, alors chef de file de la minorité républicaine à la Chambre, célébrant, le 3 novembre, la victoire électorale qui allait remettre les républicains en selle

Un traité qui a peu de chance de ratification est la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. Certains législateurs veulent imprimer une nouvelle direction à la Commission spéciale du Sénat sur l’indépendance énergétique et le réchauffement climatique, explique Nick Loris, spécialiste de l’énergie au Heritage Foundation.

« Ils veulent avant tout aller au fond des données scientifiques relatives au réchauffement climatique et créer une plate-forme qui permettrait à des climatologistes de présenter des points de vue contradictoires et de créer un débat honnête et transparent, plutôt que de décider que la question scientifique a déjà été tranchée », a souligné Loris.

Le démocrate Harry Reid, leader de la majorité démocrate au Sénat, a conservé son siège

Le démocrate Harry Reid, leader de la majorité démocrate au Sénat, a conservé son siège

De nombreux conservateurs redoutent aussi que les initiatives multilatérales restreignent la prise de décision et la croissance économique aux Etats-Unis, a souligné Nick Loris.

En dépit de ces divergences sur les conventions et traités internationaux, il est encore possible pour le gouvernement et le nouveau Congrès de trouver un terrain d’entente. Des compromis sont possibles sur les accords commerciaux avec la Colombie, Panama et la Corée du Sud, estime Dan Ikenson de l’Institut CATO de Washington.

XS
SM
MD
LG