Liens d'accessibilité

Neuf opposants condamnés à des peines de prison ferme pour des heurts à Lubumbashi


Des partisans de l'Union nationale provinciale pour les Fédéralistes du Congo (UNAFEC) lors d’un rassemblement à Lubumbashi, 10 décembre 2011. Le parti est passé à l’opposition en septembre 2016 et réclame des élections sans le président joseph Kabila.

Des partisans de l'Union nationale provinciale pour les Fédéralistes du Congo (UNAFEC) lors d’un rassemblement à Lubumbashi, 10 décembre 2011. Le parti est passé à l’opposition en septembre 2016 et réclame des élections sans le président joseph Kabila.

Le tribunal de grande instance de Lubumbashi a jugé et condamné des membres de l'Union nationale des fédéralistes du Congo (Unafec) pour "vol", "destruction et rébellion", selon le greffe.

Les neuf condamnés sont des membres du parti de l'opposant Gabriel Kyungu wa Kumwanza, figure politique de la région du Katanga qui soutient l’ancien gouverneur de l’ex-province du Katanga, Moïse Katumbi, à l’élection présidentielle de 2016.

Ils ont été condamnés à des peines de 2 à 10 ans de prison. Ils avaient été arrêtés mercredi lors de heurts avec les forces de l'ordre à Lubumbashi, dans le sud-est de la République démocratique du Congo.

Quelques centaines de militants de l'Unafec en colère après la dégradation la veille de locaux du parti s’étaient affrontés aux forces de l’ordre.

Pour l'Unafec, les dégâts ont plutôt été causés par des individus soutenus par le pouvoir.

Me Ruphin Ekele, avocat de l'Unafec, a reconnu que les prévenus, membres du parti, avaient bien saccagé un bistrot, comme les en accuse le ministère public, mais a nié que ses clients se soient rendus coupables de vol.

Selon lui, le tribunal a assimilé à une "rébellion" le soutien manifesté publiquement par les prévenus à une candidature à la présidentielle de l'ancien gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi, ce qui a été confirmé de source judiciaire.

Me Ekele a accusé le tribunal d'avoir eu "déjà une décision en poche" avant même l'ouverture du procès qu'il a qualifié de "hautement politique".

Accusé d'être civilement responsable des dégâts causés par ses partisans, M. Kyungu a été condamné - en son absence - au paiement de 10 millions de francs congolais (environ 10.900 dollars) de dommages-intérêts au propriétaire du bistrot saccagé.

M. Kyungu et les 9 autres condamnés - incarcérés à l'issue du procès - ont tous interjeté appel, selon Me Ekele.

L'Unafec est membre du G7, groupe de sept partis passés de la majorité à l'opposition au président Joseph Kabila en septembre.

Fin mars, le G7 avait demandé à M. Katumbi à se présenter à la présidentielle censée avoir lieu avant la fin de l'année.

Le climat politique est tendu depuis des mois en RDC en raison de l'incertitude liée au très probable report de ce scrutin. L'opposition accuse M. Kabila, au pouvoir depuis 2001 et à qui la Constitution interdit de se représenter, de manœuvrer pour se maintenir au pouvoir au-delà du terme de son mandat en décembre.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG