Liens d'accessibilité

Netanyahu, induit en erreur par John Boehner ?


Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu

Lorsque l'invitation a été rendue publique, fin janvier, la Maison blanche a regretté qu'Israël et le Congrès n'aient pas respecté le protocole en contournant Barack Obama.

JERUSALEM (Reuters) - Benjamin Netanyahu a été induit en erreur lorsqu'il a accepté de s'exprimer devant le Congrès américain à l'invitation de John Boehner, car il pensait que cette initiative était pleinement soutenue par les démocrates, a déclaré vendredi un proche du Premier ministre israélien.

Le président républicain de la Chambre des représentants a invité Benjamin Netanyahu à venir s'adresser le 3 mars prochain devant les deux chambres du Congrès, une initiative qu'il a initialement décrite comme bipartisane. "Le président (John Boehner) a pris cette initiative, en laquelle nous avons cru, mais il est apparu en dernier lieu que c'était l'initiative d'un seul parti", a dit le vice-ministre israélien des Affaires étrangères Tzachi Hanegbi à la radio 102 FM Tel Aviv.

Lorsque l'invitation a été rendue publique, fin janvier, la Maison blanche a regretté qu'Israël et le Congrès, désormais totalement contrôlé par les républicains, n'aient pas respecté le protocole en contournant Barack Obama.

Le président américain n'a pas souhaité recevoir Benjamin Netanyahu en raison de la proximité des élections législatives en Israël le 17 mars, afin de ne pas influencer le scrutin.

Le Premier ministre israélien assure n'avoir aucune visée électoraliste avec ce discours, qui devrait appeler les grandes puissances à ne rien accepter d'autre de l'Iran qu'un renoncement total à son programme nucléaire.

Tzachi Hanegbi estime que le discours de Netanyahu pourrait contribuer à l'adoption de nouvelles sanctions contre la République islamique, auxquelles s'oppose Barack Obama. "Le président l'a fait savoir clairement, il opposera son veto à cette législation, les républicains le savent. Donc pour que la loi surmonte ce veto, deux tiers des voix sont requis au Sénat. Si le Premier ministre peut convaincre un ou deux élus supplémentaires, ou trois ou quatre, cela pourrait peser au final", a commenté le vice-ministre des Affaires étrangères.

XS
SM
MD
LG