Liens d'accessibilité

Négociations sur la Syrie : "le départ du principal groupe d'opposition n'est pas une perte"


L'envoyé spécial de l'ONU Staffan de Mistura assiste à une réunion au Palais des Nations à Genève, le 18 Avril 2016. (Xu Jinquan/Pool Phjoto via AP)

L'envoyé spécial de l'ONU Staffan de Mistura assiste à une réunion au Palais des Nations à Genève, le 18 Avril 2016. (Xu Jinquan/Pool Phjoto via AP)

Le départ des membres du principal groupe de l'opposition syrienne de Genève où se déroulent les difficiles négociations de paix intersyriennes n'"est une perte pour personne, sinon pour eux-mêmes", a estimé vendredi le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov.

Si les membres du Haut comité des négociations (HCN) - qui rassemble des représentants politiques et des groupes armés - refusent d'accepter l'idée que "seuls les Syriens doivent décider du sort de leur pays (...), quittent la table des négociations, ce n'est probablement une perte pour personne sinon pour eux-mêmes", a déclaré M. Lavrov, au cours d'une conférence de presse à Erevan.

"Ce n'est pas le seul groupe de l'opposition syrienne", a-t-il rappelé, soulignant qu'"il ne faut pas lui courir après".

Selon M. Lavrov, si les membres du HCN "veulent assurer leur participation uniquement via des ultimatums que tout le monde doit accepter, c'est leur problème".

"Il faut travailler avec ceux qui ne pensent pas à leur carrière ou à amadouer leurs protecteurs à l'étranger, mais avec ceux qui pensent au sort de leur pays", a estimé le chef de la diplomatie russe.

Sergueï Lavrov avait déjà fustigé mardi le comportement "capricieux" du HCN "gâté par ses protecteurs étrangers" qui avait annoncé la veille avoir suspendu sa participation aux négociations de paix sous l'égide de l'ONU pour protester contre la "détérioration" de la situation en Syrie.

Les principaux responsables du HCN ont commencé à quitter Genève mardi en ne laissant sur place qu'une équipe "technique", alors que ce deuxième cycle de négociations, qui a débuté le 13 avril, n'était pas encore officiellement achevé.

La délégation du "Groupe de Moscou", une faction de l'opposition tolérée par Damas, a pour sa part annoncé vendredi que les discussions allaient se poursuivre jusqu'au 27 avril, malgré le départ du HCN.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG