Liens d'accessibilité

NBA: résumé des matches de mardi soir


Gregg Popovich, entraîneur des San Antonio Spurs, et Kobe Bryant (24), pivot des Lakers de Los Angeles avant un match de basketball, à San Antonio, le 6 février 2016. (AP Photo/Darren Abate)

Gregg Popovich, entraîneur des San Antonio Spurs, et Kobe Bryant (24), pivot des Lakers de Los Angeles avant un match de basketball, à San Antonio, le 6 février 2016. (AP Photo/Darren Abate)

Pour leur dernier match de saison régulière à l'AT&T Center, les Spurs n'ont pas régalé leur public.

San Antonio a égalé le record de victoires à domicile en une saison avec un 40e succès laborieux face à Oklahoma City (102-98 a.p.) mardi, tandis que Détroit a hérité de Cleveland au 1er tour des play-offs après sa défaite face à Miami (99-93).

Pour leur dernier match de saison régulière à l'AT&T Center, les Spurs n'ont pas régalé leur public.

Léthargiques, privés rapidement de LaMarcus Aldridge, touché à un doigt, il leur a fallu attendre d'être menés de 18 points (41-23) avant de se réveiller.

En l'absence de Russell Westbrook et de Kevin Durant, ménagés dans la perspective des play-offs qui débutent samedi, Steven Adams (17 points, 9 rebonds) et Enes Kanter (17 pts, 10 rbds) ont malmené les Spurs qui étaient de leur côté privés de Manu Ginobili et Boris Diaw.

Le salut est venu de Kawhi Leonard (26 pts) et de Tony Parker(20 pts), auteurs des neuf points de leur équipe en prolongation.

Les Spurs sont devenus la deuxième équipe dans l'histoire, après Boston en 1985-86, à finir la saison régulière avec 40 victoires et une seule défaite à domicile.

Ils sont déjà assurés, avec 66 victoires et 15 défaites, de réaliser la meilleure saison régulière de leur histoire: du coup, le déplacement à Dallas mercredi devrait se faire sans faire sans les cadres, d'autant que les Mavericks pourraient être leurs adversaires du 1er tour des play-offs à partir de samedi.

Pour sa première participation aux play-offs depuis 2009, Détroit a hérité d'un sacré client, les Cleveland Cavaliers de LeBron James, finalistes malheureux en 2015 et meilleure équipe de la conférence Est.

- Kobe n'est pas triste -

Les Pistons se sont inclinés à domicile face à Miami (99-93) et comme dans le même temps, Indiana, emmené par Paul George (19 pts) et Ian Mahinmi (14 pts, 8 rbds), s'est imposé face aux Knicks (102-90), ils termineront 8e.

"Il va falloir jouer beaucoup mieux que cela en play-offs, ce n'est pas avec ce genre de prestation offensive qu'on va battre Cleveland", a prévenu Stan van Gundy, leur entraîneur.

Les Pacers affronteront les Toronto Raptors (2e, 55 v-26 d)), larges vainqueurs des Philadelphie Sixers qui ont enregistré leur 71e défaite depuis fin octobre, comme seulement trois équipes avant eux.

La saison des New York Knicks a pris fin sur une dernière défaite, la 50e, pour 32 victoires, sans Carmelo Anthony et Kristaps Porzingis, son "rookie" letton, l'un des rares satisfaction de l'exercice 2015-16: la célèbre franchise new-yorkaise qui n'a plus participé aux play-offs depuis 2013, va sans doute vivre une intersaison mouvementée et pourrait confier son poste d'entraîneur à David Blatt, remercié en janvier par Cleveland.

Enfin, la NBA se préparait à faire ses adieux à l'une de ses mégastars, Kobe Bryant, qui mettra fin mercredi contre Utah à 37 ans à sa carrière après vingt saisons et cinq titres sous le maillot des Lakers.

"Je ne suis pas triste du tout, j'ai fait tout ce que j'avais à faire dans le basket et en NBA, j'ai donné tout ce que j'avais pendant vingt ans", a assuré l'emblématique N.24 des Lakers dans un entretien au quotidien USA Today.

Avec Afp

XS
SM
MD
LG