Liens d'accessibilité

Naufrage d'un bateau de migrants en Egypte: le bilan monte à 168 morts


Une secouriste porte un corps dans une ambulance après qu'un bateau se soit renversé au large des côtes égyptiennes, à Al-Beheira, Egypte, le 22 septembre 2016.

Une secouriste porte un corps dans une ambulance après qu'un bateau se soit renversé au large des côtes égyptiennes, à Al-Beheira, Egypte, le 22 septembre 2016.

Les autorités égyptiennes ont récupéré 168 corps après le naufrage mercredi d'un bateau de migrants en Méditerranée, a indiqué le ministère de la Santé dans un communiqué dimanche.

Un bilan précédent fait état de 162 corps récupérés.

Quelque 164 personnes ont été secourues, selon le gouvernement égyptien.

Mais selon les témoignages de survivants, environ 450 migrants se trouvait à bord du bateau de pêche à destination de l'Italie lorsqu'il a chaviré au large de la ville portuaire de Rosette (nord).

Les recherches se poursuivaient dimanche pour tenter de récupérer d'autres corps, ont indiqué un responsable du ministère de la Santé et un responsable de la sécurité.

Le gouvernement a tenu samedi une réunion d'urgence pour discuter des "mesures nécessaires pour combattre ce phénomène" de migration, a précisé le bureau du Premier ministre Chérif Ismaïl dans un communiqué.

M. Ismaïl a demandé un renforcement des patrouilles sur les ports d'où les migrants sont partis, "ainsi que sur les plages de la côte nord".

Les migrations illégales "sont devenues un crime organisé" qui réclame des mesures, comme "la coordination avec les pays concernés", a dit au gouvernement le Premier ministre.

M. Ismaïl a également indiqué qu'un nouveau projet de loi avait été envoyé au Parlement prévoyant des "peines dissuasives" pour les passeurs.

Le ministre de l'Intérieur Magdy Abdel Ghaffar a pour sa part dit au gouvernement que les autorités égyptiennes avaient empêché 110 tentatives d'envoi de migrants par des passeurs en 2016.

Et quelque 153 procédures judiciaires sont en cours, visant des propriétaires de bateaux et passeurs présumés, selon le ministre.

Le président Abdel Fattah al-Sissi a par ailleurs demandé aux autorités en charge des frontières de réévaluer la procédure de contrôle afin "d'éviter des infiltrations en Egypte", a dit la présidence dans un communiqué samedi.

Selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), la plupart des rescapés du naufrage de mercredi étaient égyptiens, mais il y avait aussi des Soudanais, des Érythréens, des Syriens et un Éthiopien.

Selon le Haut-Commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR), les départs d'Égypte en bateau comptent pour environ 10% des arrivées en Europe. Ce voyage comporte souvent plusieurs transferts périlleux en pleine mer sur des bateaux en mauvais état.

Le HCR a indiqué vendredi que plus de 4.600 non Egyptiens, en majorité des Soudanais et des Éthiopiens, ont été arrêtés cette année en tentant de prendre la mer depuis la côte septentrionale de l'Egypte.

Plus de 300.000 migrants ont traversé la Méditerranée cette année pour rejoindre l'Europe et environ 3.500 personnes sont mortes ou portées disparues, selon les Nations unies.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG