Liens d'accessibilité

Un Donald Trump martial pour conquérir la Maison Blanche


Donald Trump prononce son discours d’investiture comme candidat républicain au quatrième et dernier jour de la convention erépublicaine à Cleveland, Ohio, 21 juillet 2016. (A. Shaker / VOA)

Donald Trump prononce son discours d’investiture comme candidat républicain au quatrième et dernier jour de la convention erépublicaine à Cleveland, Ohio, 21 juillet 2016. (A. Shaker / VOA)

Le républicain Donald Trump a engagé un virage sécuritaire dans la campagne présidentielle américaine pour tenter de remonter son retard contre la démocrate Hillary Clinton, associée au bilan des années Obama.

Le milliardaire new-yorkais de 70 ans a accepté jeudi soir dans un discours la nomination comme candidat républicain à la Maison Blanche, au dernier jour d'une convention d'investiture chaotique, à Cleveland. Un sacre sans fausse note ni dérapage, tranchant avec l'amateurisme occasionnel et la désunion qui ont produit polémiques et incidents toute la semaine.

Devant les délégués du parti, il s'est présenté comme un recours pour une nation décrite comme à feu et à sang, le seul à avoir la poigne nécessaire pour terroriser les délinquants, fermer la porte aux clandestins venus du Mexique, et tenir tête aux pays qui infligent selon lui "humiliation après humiliation" aux Etats-Unis, de l'Iran à la Chine.

"L'Amérique d'abord!" a-t-il scandé.

Désireux d'endosser les habits présidentiels, Donald Trump a scrupuleusement lu le long discours qui défilait sur des prompteurs, tout en réussissant à transmettre l'impétuosité qui a fait son incroyable succès électoral.

Surtout, il n'a pas qualifié sa rivale d'"Hillary la crapule", alors qu'il utilisait ce surnom à chaque meeting. Et il a fait signe d'arrêter aux délégués qui scandaient: "Enfermez-la!" en leur lançant un très civil: "Non, battons-la en novembre".

La tonalité autoritaire du discours a plu à de nombreux républicains mais glacé le sang des démocrates.

"Ce type veut être président ou dictateur?" a écrit sur Twitter Bernie Sanders, le perdant des primaires démocrates.

"Davantage de peur, de division, de colère, de haine: sa réponse nous rappelle à nouveau qu'il n'a pas le caractère ni les compétences pour être président", a déclaré le président de la campagne d'Hillary Clinton, John Podesta.

Le candidat populiste a clairement cherché à courtiser les électeurs au-delà de la base conservatrice. Il est passé vite sur les sujets sacro-saints de la droite, comme les armes à feu, et n'a même pas évoqué l'avortement.

A la place, il s'est concentré sur la vie quotidienne des Américains de toutes les classes, liant sécurité et prospérité économique.

Au milieu des confettis et des dizaines de milliers de ballons lâchés dans une atmosphère électrique dans la salle omnisports de Cleveland, l'ancien rival des primaires républicaines Scott Walker se disait optimiste sur le rassemblement de la famille républicaine.

D'autant, a-t-il dit à l'AFP, que le vrai rassembleur s'appelle ... Hillary Clinton.

"Tout le monde se dit, allez, on va élire Trump", a confié Daniel Carter, délégué de l'Ohio. "On ne veut absolument pas d'Hillary Clinton à la Maison Blanche".

Le colistier de Clinton

Les ressemblances avec le discours de Richard Nixon à la convention républicaine de 1968 étaient voulues. Même référence aux "Américains oubliés", et même promesse de ramener l'ordre public dans les rues américaines, Donald Trump multipliant les louanges pour les forces de l'ordre sous pression depuis le meurtre de policiers à Dallas et Baton Rouge, et plus généralement à cause des tensions avec la communauté noire.

"Je suis votre voix", a martelé Donald Trump, qui s'est également adressé explicitement aux minorités noire, hispanique et homosexuelle, traditionnellement acquises aux démocrates.

Le plébiscite d'Hillary Clinton chez ces minorités contribue à son avance dans les sondages. La plupart des enquêtes la placent en tête de l'élection, avec 44% des intentions de vote contre 41% pour Donald Trump, selon la moyenne des plus récents sondages.

Il est fréquent qu'un candidat tire profit de l'exposition médiatique des conventions et grappille quelques points dans les sondages.

Mais Hillary Clinton, 68 ans, va revenir au centre de l'actualité dès vendredi, lors d'un meeting en Floride. L'annonce du nom de son colistier devrait intervenir avant le début de la convention démocrate, lundi à Philadelphie.

Le sénateur de Virginie Tim Kaine et le secrétaire à l'Agriculture Tom Vilsack sont deux des prétendants les plus cités.

Après le spectacle de désunion de la convention républicaine, les démocrates ont prévu un casting cinq étoiles pour introniser Hillary Clinton: Barack et Michelle Obama, Bill Clinton, tout ce que la galaxie démocrate compte de poids lourds et d'étoiles montantes... ainsi que le sénateur Bernie Sanders, le finaliste des primaires démocrates.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG