Liens d'accessibilité

MSF met fin à ses opérations en Somalie


Dr. Unni Karunakara, président international de MSF, s'adresse à la presse à Nairobi, le 14 août 2013.

Dr. Unni Karunakara, président international de MSF, s'adresse à la presse à Nairobi, le 14 août 2013.

Médecins sans frontières affirme qu'il a été contraint à l'abandon en raison des attaques continues contre ses travailleurs médicaux.

Le groupe Médecins sans frontières a fermé toutes ses opérations médicales en Somalie. MSF affirme qu'il a été contraint à l'abandon en raison des attaques continues et extrêmes contre ses travailleurs médicaux dans le pays.


S'adressant à des journalistes mercredi à Nairobi, le président de Médecins sans frontières, Unni Karunakara, a déclaré que les groupes armés ainsi que les dirigeants civils soutiennent et tolèrent les meurtres, voies de fait, et enlèvements des travailleurs humanitaires.

«Aujourd'hui, nous sommes dans une situation où il n'y a point de respect fondamental pour l'action humanitaire. Il n'est pas possible d'envoyer des équipes humanitaires et, d’une façon quelconque, assurer leur sécurité. Il n'y a aucune possibilité pour nous de faire une évaluation indépendante en Somalie aujourd'hui. Ce ne sont pas des conditions dans lesquelles nous pouvons travailler.»

MSF est l’une des rares organisations humanitaires internationales ayant reçu l'accès et fourni une assistance de base dans le centre et le sud de la Somalie, aux côtés des organismes d'aide somaliens et islamiques locaux.

Monserrat Serra (à g.) et Blanca Thiebaut ont été libérées en Somalie, près de deux ans après leur enlèvement au Kenya.

Monserrat Serra (à g.) et Blanca Thiebaut ont été libérées en Somalie, près de deux ans après leur enlèvement au Kenya.



MSF aide des centaines de milliers de Somaliens dans le pays, y compris dans les régions autonomes de la Somalie.

Selon Karunakara, un manque de coopération des autorités locales a compliqué la mission du groupe. Il a cité la récente libération d'une personne reconnue coupable d'avoir tué deux membres du personnel de MSF à Mogadiscio en 2011.

En juillet dernier, deux femmes qui avaient travaillé pour MSF (Monserrat Serra et Blanca Thiebaut) ont été libérées en Somalie après 21 mois de captivité.

Le groupe humanitaire a appelé les belligérants et les communautés somaliennes à accepter et à reconnaître la valeur de l'action humanitaire.

Le groupe a également appelé tous les acteurs du pays à démontrer par leurs actes la volonté et la capacité d’assurer la sécurité des travailleurs humanitaires et la livraison de l'aide aux nécessiteux.
XS
SM
MD
LG