Liens d'accessibilité

Mozambique : la Renamo menace de reprendre les armes


Le chef de la Renamo, Afonso Dhlakama, donnant une conférence de presse, le 10 avril 2013, dans les monts Gorongosa, Mozambique.

Le chef de la Renamo, Afonso Dhlakama, donnant une conférence de presse, le 10 avril 2013, dans les monts Gorongosa, Mozambique.

L’ancien groupe rebelle, qui dit avoir mis fin à un accord de paix de plus de 20 ans, a attaqué mardi 22 octobre 2013, un poste de police.

La Renamo, l’ancien groupe rebelle mozambicain, a attaqué un poste de police, après avoir mis fin à un accord de paix datant de 1992 avec le Frelimo, parti au pouvoir.

Les autorités mozambicaines ont confié au service portugais de la VOA, mardi 22 octobre 2013, que la Renamo a organisé l'attaque, intervenue avant l'aube, contre un poste de police dans la ville de Maringue (centre), située près de la base militaire de l’ancien mouvement rebelle.

On n'a pas signalé de victimes. L’AFP rapporte que les policiers avaient pris la fuite durant l’attaque.

La Renamo est le principal parti d'opposition du Mozambique.

La veille de l’attaque, le groupe a annoncé qu'il se retirait d’un accord de paix avec le Frelimo. La Renamo justifie cette décision par le fait que les forces gouvernementales ont pris le contrôle d’une base où son chef, Afonso Dhlakama, s’était retranché. Ce dernier a réussi à s’échapper selon le groupe.

Le gouvernement affirme avoir attaqué la dite base, située dans la région reculée des monts Gorongosa, en réponse à une agression par des combattants présumés de la Renamo contre une unité militaire la semaine dernière.

Les tensions entre les deux principales formations politiques du pays est montée au cours de l'année écoulée. La Renamo menace de reprendre la guerre civile à moins que le parti au pouvoir renégocie certains des termes de l'accord de paix de 1992.

L'ambassade américaine à Maputo, la capitale, a exhorté les parties au calme. Dans un communiqué publié mardi, elle a condamné la violence comme moyen de résoudre les différends et a exhorté les deux parties à engager un dialogue.
XS
SM
MD
LG