Liens d'accessibilité

Mozambique: la RENAMO menace de reprendre la lutte armée


Une ligne de chemin de fer à Moatize au Mozambique, le 13 février 2013.

Une ligne de chemin de fer à Moatize au Mozambique, le 13 février 2013.

Les guérilléros bloqueront dès jeudi la voie ferrée acheminant le charbon de l’intérieur du pays vers la côte, a affirmé le porte-parole du groupe.

Deux décennies après la fin de la guerre civile, le porte-parole de la RENAMO, Jeronimo Malagueta, a fait savoir à Maputo qu’à partir de jeudi, le 20 juin, les guérilléros prendront position pour stopper les véhicules transportant des personnes et des biens, parce que, a-t-il dit, le gouvernement utilise ces moyens pour acheminer des armes et des soldats en civil à Sathundjira en vue d’attaquer le président de la RENAMO, Afonso Dhlakama.

En octobre dernier, le dirigeant du groupe a ouvert un camp à Sathundjira, dans les monts Gorongosa, faisant redouter un retour aux tactiques militaires auxquelles il était supposé avoir renoncé il y a 20 ans. Un mois plus tard, il a menacé de couper le pays en deux, à moins que le gouvernement réponde à ses exigences. Afonso Dhlakama estime notamment que la RENAMO n’a pas obtenu de dividendes de la paix alors que les dirigeants du pays se partagent, selon lui, les revenus des ressources naturelles.

Un dialogue politique a été amorcé pour résoudre les différends et ramener la RENAMO dans le processus électoral. Toutefois, l’ancienne rébellion a fait savoir qu’elle boycottera les prochaines élections qui, de son point de vue, ne seront ni libres, ni équitables, à moins de modifier le code électoral.

Deux jours auparavant, des hommes armés non identifiés ont attaqué un dépôt d’armes, tuant cinq soldats et emportant une quantité indéterminée d’armes. Le gouvernement accuse la RENAMO, qui a rejeté les allégations.
Durant la Guerre froide, le groupe rebelle était appuyé par l’Afrique du Sud et la Rhodésie, alors sous administration britannique. Il pourrait avoir recours à des caches d’armes qu’il prétend avoir aménagées, ou alors, ainsi que l’a déclaré son président l’année dernière, la RENAMO pourrait tout simplement prendre aux troupes gouvernementales les armes dont elle a besoin.

Malgré cette situation tendue, aucune des deux parties ne s’est retirée du dialogue politique en cours.
XS
SM
MD
LG