Liens d'accessibilité

Mozambique : au moins 84 tués et près de 140.000 sinistrés, suite aux innondations


Des réfugiés marchant dans les eaux d'innondation, au Nord du Liban, le 7 janvier 2015.

Des réfugiés marchant dans les eaux d'innondation, au Nord du Liban, le 7 janvier 2015.

Ces inondations ravagent le centre et le nord du Mozambique compliquant aussi l'acheminement de l'aide dans certaines zones.

Le porte-parole de l'Equipe humanitaire pays (EHP) de l'ONU pour le Mozambique, Pasquale Capizzi, a avancé les chiffres officiels, 84 morts et 137.814 sinistrés, d’après une déclaration faite à l'AFP. Il a indiqué que l'accès aux régions affectées a été rendu difficile par les crues,.

Selon lui, quelque 50.000 personnes sont toujours logées dans 43 centres d'hébergement d'urgence.

D'après des chiffres de l'Institut national de gestion des catastrophes naturelles (INGC) rapportés par l'Agence d'information du Mozambique (AIM), plus de 10.000 maisons et près de 400 écoles ont été détruites par les inondations.

La situation est la plus critique en Zambézie (centre), où 62 morts ont été recensés, a rapporté le porte-parole onusien.

"Certaines zones isolées de cette province sont très difficiles d'accès, car les infrastructures routières et les ponts ont été détruits", a t-il dit. Cinq hélicoptères, dont trois des forces armées sud-africaines, y acheminent de l'aide humanitaire, essentiellement de la nourriture et des médicaments.

La semaine dernière, les très fortes précipitations avaient fait monter les eaux du fleuve Licungo de 12 mètres, une première depuis 1971. La décrue a commencé mais le Mozambique reste coupé en deux, le nord du pays étant privé d'électricité depuis le 12 janvier.

L'ONU suit également de près la situation sanitaire, craignant des risques de maladies, a expliqué M. Capizzi. Selon le journal Canal de Moçambique, deux personnes sont mortes de diarrhée dans la province de Sofala (centre), où quelque 2.000 cas ont été signalés.

Les organisations humanitaires s'organisent déjà en prévision des prochaines crues, de nouvelles précipitations étant attendues dans les prochaines semaines. "Au final, nous sommes encore assez tôt dans la saison des pluies", a rappelé Pasquale Capizzi.

Au Malawi voisin, lui aussi frappé par des inondations qui ont fait au moins 176 morts et 200.000 sinistrés, le président Peter Mutharika a évoqué mercredi une "tragédie nationale".

XS
SM
MD
LG