Liens d'accessibilité

Le mouvement Izala au Niger


Prière du vendredi à la mosquée "chinoise", quartier Francophonie, Niamey, 4 mars 2016 (VOA/Nicolas Pinault)

Prière du vendredi à la mosquée "chinoise", quartier Francophonie, Niamey, 4 mars 2016 (VOA/Nicolas Pinault)

Près de 98 % de la population est musulmane au Niger. Le mouvement Izala, présent aussi dans d’autres pays d’Afrique de l’Ouest, prend de plus en plus d'ampleur.

Difficile de dire combien ils sont, certains les qualifient même de secte. Une chose est sure : le mouvement Izala ne passe pas inaperçu au Niger.

Fondée dans le nord du Nigeria, la société de renoncement à l’innovation et pour le rétablissement de la Sunna a été fondée par le cheikh Shaykh Ismaila Idris.

Abdoulaye Sounaye est chercheur au Zentrum Moderner Orient. Ce spécialiste de l’islam au Niger revient pour VOA Afrique sur les influences étrangères de l'Islam au Niger.

De fait, l’islam traditionnel au Niger a été concurrencé par le mouvement Izala.

Les deux courants cohabitent sans être d’accord sur tout, comme l’explique Boubacar Seydou Touré, secrétaire général de l’Association islamique du Niger.

Adamou Abdouramane, lui, ne se réclame pas du mouvement Izala. Mais pour le président du bureau exécutif national de l’Association des étudiants musulmans nigériens, le pays ne serait pas plus conservateur qu’avant. Dénonçant les stigmatisations dans ce débat théologique, le jeune homme répond à ses détracteurs.

Pour certains chercheurs, le mouvement Izala ou plus généralement le conservatisme religieux, aurait déjà gagné la bataille des idées en influençant le discours politique.

C'est l'avis de Jean-Pierre Olivier de Sardan, socio-anthropologue au Laboratoire d'études et de recherche sur les dynamiques sociales et le développement local de Niamey.

​C’est dans ce contexte que le pays a connu, les 16 et 17 janvier 2015, une explosion de violences autour de Charlie Hebdo.

XS
SM
MD
LG