Liens d'accessibilité

Moscou prêt à organiser un sommet israélo-palestinien, dit Sissi


Le président russe Vladimir Poutine au Kremlin à Moscou, le 10 août 2016.

Le président russe Vladimir Poutine au Kremlin à Moscou, le 10 août 2016.

Le président russe Vladimir Poutine est disposé à accueillir un sommet israélo-palestinien à Moscou pour relancer le processus de paix, a affirmé le chef de l'Etat égyptien Abdel Fattah al-Sissi dans un entretien à des médias d'Etat.

Le président égyptien avait lancé en mai un appel aux Palestiniens et aux Israéliens pour une reprise du processus de paix, au point mort depuis l'échec en avril 2014 de la dernière tentative de médiation américaine.

Cet appel avait été suivi début juillet par un déplacement en Israël du ministre des Affaires étrangères égyptien Sameh Choukri. Il avait rencontré le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à l'occasion de cette première visite en neuf ans d'un chef de la diplomatie égyptienne.

"Poutine m'a dit qu'il était prêt à recevoir Abou Mazen (surnom du président palestinien Mahmoud Abbas, NDLR) et Netanyahu à Moscou, pour organiser des discussions directes et trouver une solution", a indiqué M. Sissi, dans cet entretien avec les rédacteurs en chef de trois médias d'Etat publié lundi.

M. Sissi a par ailleurs estimé qu'Israël était de plus en plus convaincu par la nécessité d'un accord de paix avec les Palestiniens, le président égyptien y voyant un "signe positif".

Mais selon lui, les luttes internes opposant le mouvement islamiste du Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, et le mouvement Fatah du président Abbas, représentent un obstacle.

Réagissant aux déclarations de M. Sissi, Ahmed Majdalani, membre de la direction palestinienne, a indiqué à l'AFP que "des contacts étaient en cours pour relancer le processus politique actuellement au point mort".

La semaine dernière, M. Abbas a rencontré en Jordanie le vice-ministre russe des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov, qui lui a remis, selon les Palestiniens, un message écrit de la part du président Poutine.

Par ailleurs, Paris tente de mettre sur pied d'ici la fin de l'année une conférence internationale pour relancer le processus.

Le président Abbas a souhaité fin juillet à Paris que toute relance du processus de paix s'inscrive dans un calendrier et un cadre de supervision internationale.

Mais Israël rejette tout cadre international et prône des négociations directes avec les Palestiniens.

L'Egypte est devenue en 1979 le premier pays arabe -et l'un des deux seuls à ce jour avec la Jordanie- à avoir signé un accord de paix avec Israël.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG