Liens d'accessibilité

Mortalité infantile: le Niger, bien noté par Save the Children


Save the Children avertit que la malnutrition pénalise toujours très lourdement la petite enfance en Afrique subsaharienne

Save the Children avertit que la malnutrition pénalise toujours très lourdement la petite enfance en Afrique subsaharienne

Le Niger vient en tête du classement effectué par l'ONG internationale Save the Children, dans le cadre de sa campagne « tous et chacun ». Le gouvernement de Niamey aurait fait le plus pour réduire la mortalité infantile sur un total de 75 pays.
Parmi les 10 pays qui ont le mieux réussi à réduire la mortalité infantile figurent également le Libéria, le Rwanda, Madagascar, la Tanzanie et le Mozambique.
Par contre, la Guinée équatoriale figure parmi les pays les plus mal notés.

Dans son rapport publié mercredi ,Save the Children note que le Niger a réussi à réduire de presque deux tiers la mortalité infantile et devrait parvenir à atteindre l'Objectif du millénaire pour le développement des Nations-Unies sur la réduction de la mortalité infantile, en 2015.

Selon le directeur de Save the Children International au Niger, Xavier Joubert, « si cette première place est occupée par le Niger, cela s’explique, essentiellement, par la conjonction de quatre éléments fondamentaux ».

Il s’agirait de la gratuité des soins pour les femmes enceintes, une politique mise en place par le gouvernement en 2007. La malnutrition et ses pathologies associées sont également attaquées sur une multitude de fronts. Et puis le Niger s’est également doté d’un programme national visant à assurer un accès universel aux soins de santé fondamentaux, et également la volonté politique élevée du gouvernement nigérien pour relever ces défis de santé.

Néanmoins, reconnait le rapport de Save the Children, des progrès restent à faire au plan de la malnutrition, qui cause toujours jusqu’à 40 pour cent des décès parmi les enfants de moins de cinq ans.

« Ceci dit, le gouvernement et les acteurs qui accompagnent le gouvernement et le ministère de la Santé, sont en train de prendre des dispositions pour au moins maintenir les résultats qui sont acquis, et puis, effectivement, formuler un certain nombre de recommandations » a déclaré M. Joubert. Parmi elles: le renforcement des programmes de prévention, le renforcement des dispositions prises pour l’intégration de la nutrition dans le système sanitaire et l’augmentation des allocations budgétaires au secteur de la santé.

« Je dirai aussi qu’il faut maintenir effectif la politique de gratuité des soins aux enfants de moins de cinq ans et des femmes enceintes », a poursuivi M. Joubert.
XS
SM
MD
LG